Quatre dirigeants de RIM (BlackBerry) condamnés à 1,4 M$

Régulations
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

La SEC, gendarme de la Bourse américaine, leur reproche d’avoir antidaté des stock-options

Quatre responsables de RIM, société créatrice du smartphone BlackBerry, ont été condamnés par la SEC à verser la somme de 1,4 million de dollars chacun pour avoir antidaté des stock-options.

Selon l’organisme de contrôle, quatre responsables -Jim Balsillie et Mike Lazaridis, tous deux co-présidents, Dennis Kavelman et Angelo Loberto, deux anciens haut dirigeants – avaient réussi à mettre de côté des millions de dollars sans en avertir clairement les investisseurs.

En fait, RIM avait offert à ses dirigeants plus de 40% de stock-options , mais elles étaient antidatées à une période où le cours du titre était au plus bas. Une manœuvre qui leur permettait, d’entrée de jeu, d’encaisser une jolie plus-value. A l’époque, la pratique n’était pas vraiment illégale. L’entreprise devait seulement fournir dans un délai raisonnable les comptes exacts. Sauf que, dans le cas présent, les responsables ont répété l’opération entre 1998 et 2006. En catimini.

La SEC, contrairement à son habitude, n’a pas été très sévère. Les quatre personnes incriminées vont payer la pénalité de leur poche. Il est difficile de croire qu’en 10 ans, les sommes distribuées n’aient pas dépassé 1,4 million de dollars -montant de l’amende. En somme, les dirigeants incriminés s’en tirent plutôt bien .

Il est confirmé que Dennis Kavelman et Angelo Loberto ne pourront plus siéger dans aucun conseil d’administration d’aucune entreprise cotée en Bourse. Selon Les Echos, Jim Balsillie est depuis un mois frappé de la même interdiction.

Les quatre dirigeants avaient déjà été condamnés par le gendarme de la Bourse canadien, et là pour un montant plus conséquent – 75 millions de dollars – pour le même grief : avoir antidaté des stock-options.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur