Résultats : Free frôle les 15 millions de clients

MobilitéRéseaux

Avec plus d’un million de recrutement mobile sur le semestre, Free compte désormais plus de 9 millions de clients mobiles. Soit 13% du marché deux ans et demi après son arrivé sur le secteur.

Iliad a poursuivi sa dynamique sur le marché mobile au cours du deuxième trimestre 2014. Selon les résultats du groupe présentés vendredi soir, Free a recruté quelque 460 000 nouveaux utilisateurs. Un chiffre certes en deçà des près de 600 000 du premier trimestre mais qui permet à l’opérateur de dépasser le million de recrutements sur le premier semestre de l’année.  Au 30 juin, le groupe frôle les 9,1 millions d’abonnés mobiles (sans néanmoins dévoiler la proportion de forfaits illimité/data et 2 heures à 2 euros) et revendique 13% du marché. Un taux proche des 15% visés lors de l’entrée de l’opérateur sur le secteur mobile en janvier 2012.

Les performances de l’offre fixe sont plus modestes. Le forfait Freebox a séduit 95 000 nouveaux clients «malgré les promotions et la baisse de prix de [nos] compétiteurs». Iliad fait notamment référence à Bouygues Telecom qui s’est lancé, au printemps, dans une nouvelle guerre des prix avec une offre box à moins de 20 euros mensuels et a séduit quelque 200 000 foyers. Le groupe de Xavier Niel n’en revendique pas moins une part de 24% des recrutements et maintient un Arpu (revenu moyen mensuel par abonné) élevé de 35,80 euros, en léger recul par rapport aux 35,90 euros constatés il y a un an. Au final, la base clients fixes dépasse les 5,7 millions. Au total, le groupe peut s’appuyer sur plus de 14,8 millions d’abonnés.

4 milliards de chiffre d’affaires en 2015

Ce dynamisme se traduit par un chiffre d’affaires en hausse annuelle de 10,4% qui permet à Iliad de franchir les 2 milliards d’euros sur le semestre. A 624 millions, l’Ebitda consolidé poursuit sa progression (586 millions en 2013) dans un contexte de hausse de la TVA (notamment sur les offres audiovisuelles) supportée et la fin de l’asymétrie des terminaisons d’appel. Le résultat net est lui en léger retrait à moins de 140 millions (-1,3%) que l’entreprise justifie par « la hausse des amortissements notamment due au lancement des services 4G et à une augmentation du taux de l’IS (impôts sur les sociétés) ».

Pour le reste de l’année, Iliad entend poursuivre les investissements dans le réseau, tant mobile (avec plus de 1000 sites à déployer) que fixe (infrastructure fibre jusqu’en pied d’immeuble en propre et des co-investissements). Le groupe entend être à l’heure de ses obligations de couverture avec 75% de la population couverte en 3G et « environ » 50% en 4G malgré l’absence de licence 800 MHz à plus longue portée que le 2600 MHz (ce qui oblige à déployer plus d’antennes). A plus long terme (mais sans préciser lequel), Free vise les 25% de part de marché mobile et les 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires dès l’année prochaine. Objectif raisonnable si le groupe maintient le rythme du premier semestre. Un chiffre d’affaires qui pourrait exploser si Illiad parvient à racheter l’opérateur américain T-Mobile (filiale de Deutsche Telekom). Pour l’heure, ce dernier n’a pas répondu positivement à l’offre de l’opérateur français tout en laissant la porte entrouverte


Lire également
Rachat de T-Mobile US : une opportunité attractive pour Iliad selon l’Idate


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur