Samsung vend ses disques durs, Seagate intéressé

RéseauxStockage

Samsung serait sur le point de vendre son activité disque dur pas assez rentable pour le groupe coréen qui cherche à se diversifier.

Si Samsung poursuit sa diversification, notamment dans le secteur de la santé, le groupe coréen chercherait également à réduire ses activités peu rentables. Le Wall Street Journal, croit savoir, source proche du dossier à l’appui, que Samsung s’apprête à vendre sa division disques durs. Samsung voudrait en obtenir 1,5 milliard de dollars (1 milliard d’euros environ) mais serait prêt à céder son activité à partir d’1 milliard de dollars (700 millions d’euros). Seagate  se montre intéressé.

Cette somme permettra au constructeur coréen de soutenir de nouveaux projets. Samsung se tourne notamment dans les services médicaux à travers la joint venture qu’il a créé avec l’américain Quintiles Transnational. Surtout, la vente de l’activité disque réduira les baisses dans les comptes de l’industriel. Malgré les 10,7 % de parts de marché que le numéro 1 des écrans LCD et des composants mémoires détient dans le monde au 4e trimestre 2010, l’activité stockage électromagnétique perdrait de l’argent. Et Samsung s’apprête à annoncer un premier trimestre en baisse de 34 % par rapport aux 2.900 milliards de won (1,85 milliard d’euros) de 2010.

Le mouvement de concentration dans le secteur des disques de stockage électromagnétiques devraient donc se poursuivre. Début mars, Western Digital a proposé 4,3 milliards de dollars à Hitachi pour acquérir sa division storage (Hitachi Global Storage Technologies), elle même initiée suite au rachat de l’activité stockage d’IBM en 2003 (pour 2 milliards de dollars).

Le marché du disque dur n’a cessé d’être sous pression cette dernière décennie. Technologique d’abord avec des niveaux de densité toujours plus élevés en regard des prix en baisse. Et, ces derniers mois, sous l’influence des SSD (solid state drive), mémoire de stockage à technologie Flash qui équipent smartphones, tablettes, et, désormais, nombre d’ordinateurs, portables essentiellement. Un marché en devenir qui attirent de nouveaux investissements et partenariats. En se séparant de son activité disque, HGST a ainsi annoncé son intention d’accélérer son activité SSD. Samsung, de son côté, s’est engagé aux côtés d’Intel et Toshiba dans la production de puces SSD.

Si Seagate réalise cette acquisition de l’activité disque de Samsung, l’américain détiendra environ 40 % du marché mondial. Derrière Western Digital et ses 50 % (avec HGST). Toshiba/Fujitsu se partageant le reste.
___
Mise à jour 19/04


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur