Satellites: SES Global s’offre New Skies pour 1 milliard

Cloud

La concentration du secteur se poursuit

L’opérateur de satellites SES Global annonce qu’il va racheter New Skies Satellites Holdings pour plus d’un milliard de dollars (831 millions d’euros).

SES a déclaré dans un communiqué qu’il avait convenu de verser 22,52 dollars par action New Skies, une société dont le siège est situé aux Bermudes et la société opérationnelle aux Pays-Bas. New Skies est le cinquième opérateurs de satellites en terme de capacités de transmission. Il opère une flotte de cinq satellites et a réalisé un chiffre d’affaires de 232,9 millions de dollars (197,7 millions d’euros) dans l’année à fin septembre 2005, a précisé SES. Avec sa flotte de satellites complémentaires, New Skies offre des synergies importantes à SES GLOBAL, dont les satellites ASTRA et AMERICOM sont optimisés pour offrir des services en Europe et en Amérique du Nord. L’intégration de la flotte de New Skies permettra notamment de renforcer la présence de SES en Inde, au Moyen Orient, en Afrique et en Amérique latine. Elle permettra en outre à SES de mieux répondre aux demandes des clients pour des services à échelle globale, explique le groupe dans un communiqué. Romain Bausch, Président et CEO de SES GLOBAL commente : “New Skies va former le troisième pilier des services d’infrastructure de SES, aux côtés de ASTRA en Europe et de AMERICOM en Amérique du Nord, et en complémentarité avec les participations du Groupe en Asie et en Amérique latine. La flotte de satellites de New Skies va considérablement renforcer notre capacité à offrir des capacités satellitaires ainsi que des services dans des régions géographiques et des secteurs de marché à fort potentiel de croissance” Ce rachat illustre une nouvelle fois la concentration dans le secteur des opérateurs de satellites. En août dernier, Intelsat s’offrait PanAmSat pour 3,2 milliards de dollars. Le nouvel ensemble disposera d’une flotte de 53 satellites qui couvrira 220 pays. Soit la plus grande flotte mondiale. Il s’agira de proposer une couverture accrue avec des satellites de soutien supplémentaires, pour appuyer les réseaux en fibre optique et augmenter les capacités opérationnelles proposées aux opérateurs de télévision câblée, aux diffuseurs, aux entreprises, aux gouvernements et aux consommateurs. En août 2004, Intelsat, détenu à l’époque par Lockheed Martin a changé de main, après avoir été racheté par un consortium composé d’Apax Partners, d’Appolo Management, de Madison Dearborn Partners et de Permira Advisers. En avril 2004, c’est le fonds KKR (Kohlberg Kravis Roberts) qui s’emparait de PanAmSat.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur