Solutions Linux – Philippe Desmaison (SUSE) : « Linux est le meilleur compagnon technique des solutions de nos clients »

CloudLogiciels

En amont de Solutions Linux 2013, Philippe Desmaison détaille la stratégie cloud et interopérabilité du fournisseur de la distribution SUSE Linux Enterprise.

À l’occasion du salon Solutions Linux 2013, Philippe Desmaison, directeur technique de SUSE France, fait le point sur  les partenariats, l’interopérabilité et la stratégie cloud du fournisseur de la distribution SUSE Linux Enterprise.

Silicon.fr – La dimension technique de l’interopérabilité sera-t-elle précisée lors de Solutions Linux 2013 ?

Philippe Desmaison – Un des différenciateurs majeurs de SUSE sur le marché des Linux d’entreprise est sa politique de partenariat avec des acteurs tels que Microsoft, VMware ou encore SAP.

Notre volonté est de faire en sorte que Linux puisse être le meilleur compagnon technique des solutions majeures de nos clients, qu’elles soient open source ou propriétaires.

Cet axe fait partie intégrante de notre offre technique : par exemple, il est maintenant possible de gérer les mises à jour de vos serveurs SUSE à partir d’une interface Microsoft System Center, ou encore la solution SAP HANA (offre de Business Intelligence en In-Memory) basée à 100% sur SUSE dans une appliance hardware.

Quelle approche du cloud computing préconise SUSE ?

Nous avons défini notre politique et notre feuille de route dans le domaine du Cloud Computing il y a maintenant plus de 2 ans et nous y tenons. SUSE dispose d’une offre dans le monde de l’Infrastructure as a Service (IaaS) uniquement, et ne souhaite pas aller sur le terrain du Platform as a Service (PaaS) pour l’instant.

Ainsi, ayant rejoint la communauté OpenStack en 2011, nous avons construit notre solution SUSE Cloud l’an dernier et l’avons porté sur le marché dès septembre 2012. Nous sommes enthousiastes de faire partie des Platinum sponsors du projet et heureux de l’élection d’Alan Clark* au poste de Chairman d’OpenStack.

J’ajoute que notre approche du Cloud Computing ne se limite pas à OpenStack : nous marions également la composante OpenStack au projet communauté Crowbar, projet qui a pour but de gérer le déploiement hardware des plateformes OpenStack. Le projet Crowbar est né chez Dell et nous y participons activement afin d’en faire la référence en la matière.

Comme vous pouvez le constater, nous investissons massivement dans le domaine.

Quelles sont les forces et faiblesses du cloud libre ?

La force principale du Cloud Libre est l’approche fédératrice d’énergies. Par exemple, OpenStack a réussi à réunir une grande majorité de l’industrie informatique et à faire travailler ensemble plusieurs centaines de développeurs issus de centaines de sociétés différentes. Ainsi, le projet va vite et converge à la fois vers un spectre de fonctionnalités large et une robustesse incroyable.

Mais le Cloud Libre est à l’image de l’open source : il est pluriel. Aux côtés d’OpenStack, des projets tels qu’Eucalyptus, CloudStack ou OpenNebula montrent que l’effervescence de l’open source est intact ! Et le projet Kernel.org a montré la voie en prouvant qu’une communauté pouvait fournir un travail de qualité en termes de fonctionnalités, robustesse, innovation et sécurité. Le Cloud libre suit le même chemin.

Nous sommes sincèrement ravis de participer à cette aventure avec la même énergie que celle que nous avons mis au service de Linux depuis plus de 20 ans.

Quant aux faiblesses, l’histoire nous le dira… mais je n’en vois pas vraiment énormément à ce jour.

*Alan Clark est directeur en charge des initiatives industrielles, marchés émergents et open source chez SUSE.


Voir aussi

Dossier : Linux s’impose dans le monde des affaires

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous les logiciels open source ?


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur