Symantec mise sur le Data Loss Prevention

Sécurité

L’éditeur de sécurité annonce à l’occasion de son rendez-vous Symantec Vision Managefusion la sortie de la solution Data Loss Prevention 9.0. Tout un programme à elle seule

La Haye (Pays-Bas) – A en croire John Thompson, le CEO de Symantec, la société a choisi de faire de la prévention de fuite de données son cheval de bataille (comme nombre de ses concurrents d’ailleurs, comme Websense).

Depuis la fusion avec la société Altiris en janvier dernier, un des leaders des gestionnaires de parcs de PC, mais aussi d’avec Vontu (spécialiste de la prévention de fuites) la firme a pu mettre en place et dévoiler à la presse le Data Loss Prevention 9.0 (DLP).

Au cœur de la stratégie de l’éditeur pendant ce grand raout de la sécurité “made in Symantec”, ce DLP fait partie des 3 annonces majeures annoncées. Cette stratégie d’Information Risk Management se traduit par la sortie simultanée de Brightmail Gateway 8.0, Data Loss Prevention 9.0, et Enterprise Vault 8.0.

La suite du DLP de Symantec est donc chargée d’identifier toutes les données d’une société et de les vider de tout malware le plus rapidement possible. Une sorte de relais chargé d’identifier les comportements à risque susceptibles d’entraîner des divulgations de données sensibles au sein de l’entreprise.

Ainsi, Data Loss Prevention 9.0 comprend l’agent de gestion de poste client d’Altiris ce qui permet à cette dernière mouture de surveiller l’utilisation faite du contenu de postes clients même lorsqu’ils ne sont pas connectés sur le réseau. La suite prend ensuite le rôle de gendarme de la sécurité en gérant entre autres les autorisations de copier/coller de texte, d’impression et de télécopie… en se vantant de tout savoir de ce qu’il se passe dans la base de données.

Pour mettre en place cette nouvelle suite, Symantec part d’un constat : les fuites ou pertes de données sont le plus souvent le fait d’utilisateurs internes à la société (en effet !). Et les exemples récents se multiplient, notamment en Grande-Bretagne ou plus récemment en Allemagne (Deutsche Telekom a perdu 17 millions de données de ses clients).

Si la menace est “intérieure” c’est donc qu’il faut savoir quoi et comment sécuriser les informations contenues dans les bases de données. Michael Wolfe, vice-président des solutions DLP s’explique : “Disposer de compétences pour dénicher un risque n’est pas suffisant, il est nécessaire que le DLP s’adapte aux spécificités de l’entreprise. Il va donc créer un inventaire de ce qu’il faut garder et/ou nettoyer“.

Symantec continue de jouer les plombiers informatiques, réparateurs de fuites pour un DLP 9.0 disponible dès le début 2009. Encore faut-il être raccord avec les capacités des sociétés à se munir d’une telle suite.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur