Time Warner dans le vert, nouvelle stratégie pour AOL

Cloud

Le géant des médias profite et veut profiter du bond de la pub en ligne

Time Warner renoue avec les bénéfices. Un ballon d’oxygène pour le groupe américain qui pourra ainsi contrer les velléités de démantèlement de certains de ses actionnaires.

Le géant des médias affiche au deuxième trimestre, un bénéfice net d’un milliard de dollars, soit 24 cents par action, contre une perte nette de 409 millions (neuf cents) un an plus tôt. Hors exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 20 cents, au-dessus des attentes (19 cts). Le chiffre d’affaires a augmenté de 1% à 10,7 milliards de dollars, ratant néanmoins le consensus. Les revenus du câble ont augmenté de 15% à 2,7 milliards de dollars durant le trimestre. Time Warner a ajouté 18.000 abonnés en net aux services vidéo de base, 171.000 abonnés aux services de vidéo numérique, 230.000 abonnés à l’internet haut débit et 234.000 abonnés au téléphone numérique. Le chiffre d’affaires d’AOL a baissé de 2% à deux milliards de dollars en raison d’une chute de 11% des ventes d’abonnement en valeur. La filiale internet a encore perdu 976.000 abonnés aux USA par rapport au premier trimestre, terminant à 17,7 millions d’abonnés au 30 juin. AOL a perdu plus de 10 millions d’abonnés depuis 2002… Pour autant, les recettes publicitaires du portail ont augmenté de 40%. Un argument supplémentaire en faveur des changements annoncés par Time Warner au sujet de sa filiale internet. Objectif: développer rapidement ce levier de croissance. Comment ? Il s’agit d’abord de se débarrasser de certaines filiales: les activités FAI d’AOL en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne sont en vente. Ensuite, AOL va proposer de nouveaux services vidéos (lire notre encadré) et l’accès gratuit à l’ensemble de ses services, y compris le courrier électronique, à tous les utilisateurs disposant d’une connexion internet haut débit. Le groupe abandonnerait ainsi les deux milliards de dollars que lui rapportent les abonnements à ses services au profit de revenus publicitaires supplémentaires liés à la hausse du nombre d’abonnés. Le fournisseur avait jusqu’à aujourd’hui une stratégie simple: recruter des abonnés et les fidéliser grâce à des services propriétaires comme la messagerie instantanée (AIM) ou les contenus multimédias. Le FAI estime que 8 millions de ses abonnés bas débit résilient leur abonnement pour profiter de cette nouvelle offre. Ce virage stratégique n’est pas nouveau. En avril dernier, AOL annonçait déjà la mise en place de cette nouvelle politique. Le FAI annonçait son intention d’ouvrir son portail de contenus et ses services (comme la messagerie instantanée, AOL Photo ou le webmail) à tous les internautes, abonnés ou pas. Terminé l’environnement fermé et propriétaire d’AOL qui avait fait sa fortune, mais aussi entraîné par la suite son déclin. Ces contenus, pour la plupart gratuits, seront disponibles à la demande via un portail ouvert et orienté Web 2.0, c’est-à-dire, dans lequel les internautes peuvent interagir. Traduction: AOL se rapproche de la stratégie des géants du Web comme Google ou Yahoo. En avril, AOL France donnait même des objectifs. “A la fin 2005, 78% des revenus d’AOL France provenaient de l’accès, 11% des services payants et 11% de la publicité. Notre ambition est de parvenir d’ici 2008 à une ventilation équilibrée de ces postes: 33% pour l’accès, 33% pour les services, 33% pour la publicité”, expliquait Carlo d’Asaro Blondo, p-dg d’AOL France. Multiplier les revenus grâce à des services et des contenus ouverts, pourquoi pas. Faut-il encore que ces contenus soient de qualité. C’est l’ambition d’AOL qui va multiplier la création de chaînes thématiques à contenus forts et interactifs. Mais selon la presse américaine, ce changement d’orientation d’AOL pourrait coûter au groupe de médias jusqu’à un milliard de dollars de manque à gagner au niveau du résultat opérationnel total jusqu’en 2009. Un calcul qu’AOL dément. Un nouveau portail vidéo pour AOL

Le groupe a annoncé un ambitieux projet de vidéo à la demande (aolvideo.com) et entend se positionner comme le leader de ce marché devant les Google et autres Yahoo. Il sera possible d’accéder aux programmes d’une quarantaine de chaînes américaines, ainsi qu’à des clips mis en ligne par des particuliers, à la manière de YouTube.com. AOL va également lancer un outil de recherche (AOL Video Search) qui permettra à l’internaute de balayer tous les principaux sites de consultation de vidéos du marché (YouTube, Yahoo!, Google Video, iFilm, AtomFilms…). Ce nouveau moteur exploitera la technologie de recherche de Truveo et Singingfish. Le portail proposera également un lecteur capable d’offrir le plein écran sans perte de qualité, ajoute le communiqué. Il utilisera le format exclusif Hi-Q d’AOL qui donne à la vidéo en ligne “une image de la qualité d’un DVD”. Evidemment, ce nouveau portail constituera un nouveau support pour la publicité en ligne. Conformément à sa nouvelle stratégie, ce services sera ouvert à tous et la plupart des contenus seront gratuits. Mais il prévoit aussi l’accès payant aux programmes de “plus de 45 chaînes”de vidéo à la carte en association avec des filiales de Time Warner: Turner Networks, Warner Bros Entertainment mais aussi des filiales du groupe rival comme Viacom (MTV, Comedy Central, Nickelodeon).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur