Time Warner et Microsoft reparlent d’une fusion AOL/MSN

Cloud

Time Warner et Microsoft ont repris leurs discussions relatives à une alliance entre leurs filiales Internet respectives America Online et MSN, indique le Wall Street Journal

C’est le grand retour d’AOL dans les médias. America Online a en effet annoncé hier l’acquisition d’un réseau de blogs pour prés de

20 millions d’euros (voir notre article). Aujourd’hui “Le WSJ” nous révèle la reprise des pourparlers avec Microsoft. Bon nombre d’obstacles demeurent, mais les discussions n’en ont pas moins reprises, dans l’espoir d’un accord d’ici la fin de l’année, ajoute “Le WSJ, citant des personnes proches du dossier. Pour l’instant, on ne sait pas si cette fusion de AOL et de MSN va porter sur le service de téléphonie sur IP qui génère beaucoup d’argent ou sur un autre service. Rappelons que selon des chiffres publiés en juin, AOL compte 20,7 millions d’usagers de son service de VoiP tandis que Microsoft n’en totalise que 2,7 millions. Time Warner discute également avec d’autres sociétés intéressées par un partenariat avec AOL, poursuit le quotidien financier qui indique que ni la firme de Redmond ni Time Warner n’ont voulu faire de commentaires. Selon des sources proches du dossier “beaucoup de barrières restent à lever avant l’accord”. Pour autant, les discussions doivent arriver à terme d’ici la fin de l’année. “Si un accord n’est pas passé d’ici la fin du calendrier 2005 alors, cette fusion ne se fera probablement jamais” indique une personne impliquée dans la négociation. La combinaison AOL/MSN permettrait à Microsoft de proposer son moteur de recherche à AOL. De quoi combler, pour un court laps de temps du moins, l’envie de meurtre de Steve Ballmer sur Google. Les revenus publicitaires générés par Google pour AOL s’élèvent à 300 millions de dollars. Et on peut comprendre que AOL aimerait être en relation directe avec ces publicitaires si généreux. Un deal gagnant-gagnant

Cela fait longtemps que Time Warner cherche une solution de sortie pour AOL. Le FAI, hier surpuissant, est aujourd’hui en difficulté. Ayant raté le virage du haut débit, il a perdu des millions d’abonnés aux Etats-Unis et plombe les résultats financiers du géant des médias. En août dernier, le groupe avait dû provisionner 3 milliards de dollars, ou 25 cents par action, suite à la situation litigieuse de la comptabilité de sa division internet. Et le patron de Time Warner d’envisager plusieurs fois le divorce:

“Si AOL ne marche pas, alors vous commencez à penser à AOL différemment”, a expliqué Dick Parsons. Et de poursuivre: “Nous aurions accès à la plate-forme d’AOL, mais elle aurait sa propre marge de manoeuvre pour chercher des acquisitions ou d’autres transactions. Nous devrions trouver des acquisitions ou d’autres transactions. Nous devrions imaginer une façon de maximiser la valeur ajoutée pour nos actionnaires”. Sa stratégie de services payants a montré ses limites face aux portails gratuits de la concurrence, comme MSN, Yahoo et Google. Et AOL a moins profité de l’explosion de la pub en ligne. Par ailleurs, un groupe d’actionnaires mené par le financier Carl Icahn met la pression sur Time Warner pour qu’il se sépare de certaines activités, afin de maximiser la valeur actionnariale. Bref, AOL ressemble de plus en plus à un boulet pour Time Warner et une prise de participation de Microsoft serait la bienvenue. Pour l’éditeur de Redmond, une entrée dans AOL lui permettrait de renforcer la présence du portail MSN au moment où Time Warner compte transformer AOL en un portail Internet gratuit. Microsoft pourrait également mettre la main sur les millions d’utilisateurs de la messagerie instantanée d’AOL. Pour la firme de Bill Gates, une entrée dans le capital d’AOL ne poserait pas de problèmes financiers. L’éditeur est confortablement assis sur un trésor de guerre de plusieurs dizaines de milliards de dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur