Tour de France (2) : à l’arrivée de l’étape, Orange assure le multicanal

Régulations

Points critiques de la course cycliste estivale, les étapes d’arrivée
émettent des images et des sons vers 185 pays, via des installations
titanesques et malgré tout éphémères

Le Grand Bornand – Si le départ nécessite une bonne coordination pour un opérateur, les étapes d’arrivée réclament un effort bien plus conséquent encore, autant sur les aspects matériels qu’humains ou organisationnels. Ici aussi, chacun occupe son poste aux aurores et démonte le ‘décor’ en fin de journée pour rejoindre la prochaine étape.

Des kilomètres de câbles et du haut débit à la demande

Sur une course, Orange doit assurer et surveiller 750 points techniques, transférer ou véhiculer des images et des informations en temps réel et souvent en multimodes (audio, vidéo, texte?) et en multicanal (Web, satellite, téléphone?). Et toute la coordination s’effectue en lien avec les équipes responsables de l’arrivée, où les organisateurs, les partenaires et le public forment une marée humaine de milliers de spectateurs et acteurs en tout genre.

“Nous déployons chaque jour entre 8 et 15 kilomètres de câbles de données pour les étapes d’arrivée, et 45 à 65 kilomètres en comptant l’électricité. En effet, nous devons relier les 150 camions et souvent en Wi-Fi, voire en Wimax, car certains équipements sont éloignés de plus d’un kilomètre. De plus, certains préfèrent des connexions SDSL au ADSL fourni par défaut”, explique Henri Terreaux, responsable du dispositif technique Orange pour le Tour de France.

Il s’agit également de fournir du débit, car des médias comme Cycling TV ou l’Équipe TV diffusent en mode IP TV et en direct. Autre besoin gourmand en bande passante, les interviews en visioconférences sont très populaires, comme celle du vainqueur de l’étape juste après son acclamation par le public. Ce système réclame à lui seul un débit de 4 Mbits/s en connexion SDSL (donc en débit symétrique). Par ailleurs, une connexion identique sert de backup commun à plusieurs connexions de ce réseau multiforme et provisoire.

Une panoplie d’équipements pour assurer la forte charge de communication

C’est pourquoi le camion Orange des étapes d’arrivée renferme logiquement plus de matériel que pour les villes de départ. “Nous véhiculons sur le Tour 11 PABX (dont quatre de secours), et 6 autocommutateurs Alcatel 4400 totalisant deux fois 200 ports, soit une marge confortable face aux 300 lignes analogiques nécessaires pour la voix et les données. Nous sommes raccordés à 6 liaisons Numéris T0 pour déployer 150 lignes IP du réseau d’arrivée (en SDSL). Par ailleurs, 4 lignes T0 sont dédiées à la salle de presse internationale. Enfin, un DSLAM assure le lien avec le réseau téléphonique pour Internet, la télévision, etc.“, précise Henri Terreaux.

Schéma extrait de ‘Un jour sur le Tour 2007’, édité par Orange Sept motos, deux hélicoptères, un avion, deux cars régies, un satellite? le Tour de France fait appel aux dernières technologies de communication pour diffuser les exploits des coureurs vers un milliard de téléspectateurs

Côté téléphonie mobile, les étapes d’arrivée bénéficient elles aussi d’une amélioration de couverture, avec deux relais mobiles constitués d’une remorque surmontée d’une antenne UMTS.

Sur terre, dans les airs et même dans les étoiles?

Diffuser les images sur une centaine de chaînes de télévision pour près d’un milliard de téléspectateurs dans 185 pays réclame une technologie de pointe. Pendant la course, 5 caméras filment l’événement ainsi qu’un hélicoptère Webcam. Tous ces flux convergent vers un hélicoptère relais de transmission qui survole en permanence le peloton, et qui renvoie le tout à l’avion-relais (modèle C35) satellitaire. Ce dernier émet alors vers le car de régie intermédiaire de France Télévisions placé sur le parcours de l’étape, ou vers son sosie à l’arrivée d’étape.

Une fois l’image habillée et enrichie d’informations (temps, noms de coureurs, etc.) sur le serveur Webcast, le flux est envoyé pour émission vers le satellite. Bien entendu dans le flux retour le réalisateur indique ses ordres de régie. Le délai entre la prise et la transmission finale varie entre 200 et 300 millisecondes“, mentionne Henri Terreaux. Et bien évidemment, la télévision Haute Définition est au rendez-vous technologique du Tour.

La technique concerne également les commentateurs radio, équipés en connexion Internet, écran de TV et connexion audio avec les bureaux nationaux des radios. De même, les télévisions internationales demandent des connexions à haut débit, ainsi que la presse papier pour envoyer des photos en haute définition. Ainsi bien entendu que le personnel de la société organisatrice ASO (Amaury Sport Organisation)?

Nous proposons par exemple 20 positions de commentateurs TV et radio reliées en Numéris avec des codecs numériques intégrés. Depuis leur casque-micro, ils commentent la course en direct et reçoivent les ordres des réalisateurs (pub, coupure, reprise d’antenne?)”, souligne Henri Terreaux. Par ailleurs, près de 500 journalistes peuvent être accueillis chaque jour dans la salle de presse, sur des positions multimédia.

Et bien entendu, ce scénario ambulant se reproduit chaque jour pendant trois semaines. Sur les étapes d’arrivée, le stress est plus perceptible, mais tout le monde sait ce qu’il a à faire. Tout en discutant avec notre petit groupe de journalistes, Henri Terreaux vérifie une installation, donne une indication à un collaborateur, s’assure que tout est prêt pour la suite? À peine a-t-il pris le temps de boire un verre dans le camion.

Travailler trois semaines durant à ce rythme nécessite la participation de gens réellement passionnés ! En revenant du Grand Bornand, nous passons devant la Place du Champ de Foire de Bourg-en-Bresse totalement déserte. Comment imaginer, alors, que quelques heures auparavant des milliers d’amoureux de la petite reine assistaient à leur grande messe annuelle ?


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur