Delphine Ernotte à France Télévision, Stéphane Richard prend la direction d’Orange France

GouvernanceOperateursRégulationsRéseaux

Après la nomination de Delphine Ernotte-Cunci à la tête de France Télévisions, Stéphane Richard annonce qu’il assurera la direction opérationnelle d’Orange France le temps de la transition.

Stéphane Richard a tenu à féliciter Delphine Ernotte-Cunci (photo ci-dessus) pour sa nomination, annoncée hier par le CSA, à la Présidence de France Télévisions. Une nomination « qui témoigne de ses très grandes qualités managériales et humaines », souligne le PDG d’Orange par voie de communiqué. L’heureuse élue prendra ses nouvelles fonctions à partir du 22 août prochain.

Née en 1966, Delphine Ernotte-Cunci est diplômée de l’Ecole Centrale de Paris. Elle entre en 1989 chez France Télécom (à l’époque) comme analyste financière où elle y gravira tous les échelons, ou presque, en passant de responsable commerciale à responsable d’agence puis en occupant la direction régionale du Centre Val de Loire. En 2006, elle prend en charge la communication du groupe avant de renouer avec des responsabilités commerciales, mais à l’échelle nationale, en 2008 en tant que directrice générale d’Orange Distribution. Stéphane Richard la nomme adjointe à ses côté alors qu’il prend la direction générale de l’opérateur. Elle devient directrice générale adjointe d’Orange France en 2011 lorsque Stéphane Richard est lui-même nommé PDG du groupe après le départ anticipé de Didier Lombard.

Gestion du dialogue social

Elle affronte alors deux tempêtes : la vague de suicides qui frappe l’opérateur en France suite à la restructuration engagée par le plan Next présenté par Didier Lombard et l’arrivée de Free sur le marché mobile, en 2012, qui va provoquer un séisme concurrentiel. « Delphine a en particulier réussi le lancement du déploiement, aujourd’hui accéléré, du Très Haut Débit fixe et mobile, avec la fibre et la 4G, permettant d’affirmer clairement notre position de leader en France », indique Stéphane Richard.

Au-delà de son expérience éclectique, c’est sa capacité à gérer les équipes, notamment dans les climats de tension, qui a visiblement séduit le gendarme de l’Audiovisuel français. « Le Conseil a fait le choix de confier à la présidence de France Télévision à une femme dotée de solides compétences de management et d’une expérience reconnue dans la gestion du dialogue social », justifie le CSA dans son communiqué. Au cours des 5 ans de son mandat, Delphine Ernotte-Cunci devra notamment accompagner la transformation de la mission du service public du groupe audiovisuel dans un environnement en mutation numérique. Sa gestion de quelque 80 000 personnes, dont les deux-tiers au statut de fonctionnaires, dans une division qui génère 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel devrait l’aider pour diriger les 10 000 salariés de France Télévisions et son budget de 2,8 milliards.

Transition bicéphale

Si Delphine Ernotte-Cunci n’avait pas interrompu sa carrière chez Orange pour s’inscrire comme la première femme dirigeante du groupe audiovisuel français, elle semblait toute désignée pour prendre la présidence d’Orange en succession de Stéphane Richard. Pour l’heure, c’est l’inverse qui arrive. Le PDG a « décidé d’assumer directement, à partir du 27 avril prochain, la direction d’Orange France, avec le plein appui de Delphine Ernotte Cunci  ». Le groupe devrait donc connaître une direction bicéphale au cours des prochaines semaines, le temps de la transition jusqu’à la nomination du successeur. Le calendrier de cette nomination n’est à ce jour pas fixé, nous assure-t-on du côté d’Orange, pas plus que les candidats éventuels même si « le plan de succession est connu en interne ». Néanmoins, le départ de Delphine Ernotte se fait dans un « cadre clair » alors que le groupe à récemment présenté son plan stratégique Essentiel 2020 pour les prochaines années.


Lire également
Orange veut faire de Paris la première ville européenne 100% fibre
Telecom Italia : la tentation de Venise de Stéphane Richard
Orange voit son résultat net diminuer de 900 millions d’euros en 2014

crédit photo © Orange

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur