Vente de SFR : Vivendi marche sur des œufs

Composants

Dans une lettre adressée à Martin Bouygues, Jean-René Fourtou (Vivendi) confirme qu’il étudiera sa nouvelle offre… après celle de Numericable.

Nouveau rebondissement dans le feuilleton SFR. Bien qu’entré en négociations avec Numericable/Altice depuis le 14 mars dernier, Vivendi étudiera bien la nouvelle offre de Bouygues déposée le 20 mars. Malgré le cadre pourtant exclusif des négociations.

Le Figaro rapporte que Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, a écrit à Martin Bouygues, le 24 mars, pour lui confirmer que son groupe étudierait sa nouvelle offre. Tout en soulignant que ce n’est pas le conseil qui s’en chargerait mais le « management » de Vivendi.

Respect de l’exclusivité, officiellement

Une nuance qui vise à éviter à Vivendi une bataille juridique que serait tenté d’initier Numericable si l’exclusivité des négociations, qui court jusqu’au 4 avril, n’était pas respectée. Le dirigeant de Vivendi ajoute d’ailleurs que l’offre de Bouygues sera étudiée « en application stricte de notre engagement d’exclusivité  ». Bonjour les contorsions !

D’où la validité de l’offre de Bouygues prolongée jusqu’au 8 avril, soit 4 jours après la fin des négociations. Une manière de laisser au propriétaire de Canal+ le temps d’étudier la nouvelle offre dans un cadre légal. En tout cas en apparence.

Jusqu’à 100% en cash

Vivendi ne pourra donc pas ignorer la nouvelle proposition de Bouygues qui avance 13,15 milliards d’euros (et 21,5% du capital de la nouvelle entreprise SFR-Bouygues Telecom). Soit 1,85 milliard de mieux que l’offre de Numericable qui, au-delà des 11,75 milliards d’euros avancés, laisse 32% du capital du nouvel ensemble SFR-Numericable.

La situation pourrait d’ailleurs encore évoluer d’ici le 4 avril. Bouygues affinerait son offre visant à « améliorer encore la partie en numéraire et offrir à Vivendi une sortie rapide », indique Reuters. Ce qui pourrait mener à une offre 100% cash. Une information confirmée par La Tribune qui indique que « Martin Bouygues travaille de façon à donner l’option à Vivendi, au closing, de vendre plus d’actions de la nouvelle entité si Vivendi le souhaite ». Ce qui permettrait à Vivendi de sortir du secteur des télécoms en France avant même le départ de Jean-René Fourtou du Conseil de surveillance prévu en juin prochain. Numericable sera-t-il en mesure de rebondir ?

crédit photo © Patrick Tourneboeuf


Lire également
Vivendi est-il en mesure de regarder l’offre de Bouygues sur SFR ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur