Coup de tonnerre sur la virtualisation : VMware s’empare de Nicira

CloudVirtualisation

C’est probablement le dernier coup d’éclat de Paul Maritz avant qu’il ne quitte la tête de VMware. Le géant de la virtualisation s’offre le quasi seul acteur et très avancé dans la virtualisation du réseau Nicira. De quoi prendre une sacrée avance sur ses concurrents.

Nous avons rencontré Nicira dans la Silicon Valley en mai dernier. Une découverte pleine de promesses pour une start-up qui nous avait séduits et dont nous attendions beaucoup (lire à ce propos « Nicira ou la quête du Graal : la virtualisation du réseau »).

En sous-titre, nous indiquions que Nicira pourrait bien « nous refaire le coup de VMware ». Eh bien non, c’est l’inverse qui s’est réalisé, VMware fait l’acquisition de Nicira, contre 1,26 milliard de dollars (1,05 milliard en cash et 210 millions en actions). Finalement, nous n’étions pas si loin dans notre analyse.

« VMware a conduit la révolution de la virtualisation des serveurs, et nous avons l’opportunité de faire la même chose dans l’univers du datacenter et du réseau en tant que service », déclare Paul Maritz, le CEO de VMware jusqu’au 1er septembre, Pat Gelsinger prenant sa place à cette date (lire le dernier article de notre saga sur la succession de Joe Tucci à la tête d’EMC, « Les changements à la tête de VMware et EMC sont confirmés »).

Rappelons que Nicira reprend le modèle opérationnel des machines virtuelles (VM) de VMware adaptées au réseau. Sa solution NVP (Network Virtualization Plateform) se présente comme une plateforme de virtualisation du réseau (un hyperviseur du réseau en quelque sorte), qui en reproduit les caractéristiques physiques, et sur laquelle s’exécutent des commutateurs (switchs) virtuels.

Nicira : un temps d’avance dans la virtualisation des infrastructures

S’appuyant sur une API OpenFlow, dont le protocole est repris au cahier des charges d’OpenStack, la solution de Nicira s’installe sur un serveur dédié NVP qui pilote le réseau virtuel, avec ses composants (commutateurs, routeurs, firewall, etc.) en externe, et transforme les points réseaux en adresses IP, créant ainsi une image virtuelle du réseau de l’infrastructure IT de l’organisation.

Ce réseau virtuel ne connait pas les composants physiques. Il les reconnait en revanche par leur IP, d’un Vswitch à un autre Vswitch. Seule l’adresse MAC du Vswitch est reconnue. La solution dispose également d’API pour les hyperviseurs et les outils d’orchestration afin de coordonner le fonctionnement du réseau virtuel avec le reste du monde virtuel. Le déplacement d’une VM en devient transparent pour le réseau physique.

Avec cette approche du réseau virtualisé, Nicira simplifie et assouplit l’administration du réseau, ce qui retire une partie de sa complexité, voire de sa fragilité. Le réseau est segmenté, les commutateurs virtuels peuvent ainsi être déplacés sans interruption de service. Autant dire que le goulot d’étranglement du réseau généralement constaté est ici largement réduit. En accélérant la fourniture et le déplacement de services comme les VM, Nicira vient également renforcer les architectures virtuelles. Le déploiement de réseau peut ainsi être ramené de quelques jours à quelques minutes, avions-nous noté voici quelques mois.

La suite en page deux…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur