Voiture connectée: PSA adopte Huawei comme partenaire stratégique IoT

Big DataCloudData & StockageMobilité

PSA (Citroën, Peugeot…) s’appuiera sur la plateforme IoT de Huawei pour développer des services mobiles et des fonctions embarquées dans ses futurs véhicules connectés.

PSA élargit son écosystème de partenaires autour de la voiture connectée et de la conduite autonome.

Le groupe automobile français va collaborer avec le groupe télécoms chinois Huawei pour développer un système logiciel sécurisé dans ce domaine.

Cette collaboration résulte d’un appel d’offres émanant de PSA (Peugeot, Citroën, DS Automobiles).

Il a fallu plusieurs semaines de discussion pour que les intérêts s’alignent autour du plan “Push to Pass” du groupe français automobile, qui s’est fixé trois axes stratégiques sur la période 2016-2021 : “transformation digitale”, “culture interne de la performance” et “Responsabilité sociale de l’entreprise” .

D’un point de vue technologique, PSA développe la “Connected Vehicle Modular Platform” (CVMP), qui va intégrer différentes briques technologiques émanant de la division Enterprise du  groupe Huawei : Internet des objets (IoT), Cloud et Big Data.

 “PSA a choisi ‘Ocean connect’ , la plateforme Internet des Objets de Huawei. Cette plateforme, basée sur le Cloud Public de Huawei, permet la connexion de plus de dix millions de véhicules au niveau mondial, en temps réel”, évoque Eric XU, CEO de Huawei.

Interrogé par Les Echos, Shi Weiliang, le nouveau DG de Huawei France, se montre aussi ravi. “PSA est le plus gros projet de notre nouvelle division IoT”, clame-t-il.

De son côté, en 2015, Huawei avait initié une coopération avec le groupe allemand Volkswagen dans le domaine de la connectivité automobile.

Expansion internationale

La plateforme CVMP sera introduite dès 2018 en Chine. Puis déclinée sur les diverses plaques régionales (Europe, Amérique du Nord, Moyen-Orient, Asie-Pacifique) à l’horizon 2020. A terme, 89 pays seront couverts.

L’accord franco-chinois permettra de développer des services de mobilité en lien avec les futures gammes de véhicules connectés et la gestion de flottes d’entreprise.

L’imbrication des technologies permettra de développer des fonctionnalités, de pousser l’innovation et de réfléchir sur les leviers de monétisation de ses nouveaux services.

Une quinzaine de salariés de Huawei sont installés dans les centres R&D français de PSA.

PSA donne plusieurs exemples de commandes (à distance ou non) qui seront améliorées : ouverture/fermeture des véhicules, contrôle de la charge batterie, le pré-conditionnement thermique, mise à jour software, info trafic, cartographie pour la navigation, alarme connectée, tracking par géolocalisation, diagnostic mécanique et électronique…

Le groupe automobile évoque aussi un projet d’assistant personnel à bord des véhicules et des services de mobilité de type autopartage.

Tout comme Nokia, Ericsson, Harman et Microsoft, IBM était sur les rangs pour ce marché. Et malgré l’accord signé en 2015 avec PSA (portant sur 7 ans) pour développer la voiture connectée, la firme technologique américaine n’a pas été retenue sur ce volet IoT-Cloud-Big Data.

Néanmoins, le choix de Huawei n’est peut-être pas anodin au regard de l’importance du marché chinois pour le constructeur automobile français.

(Crédit photo : @PSA)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur