Xerox passe sous pavillon japonais du côté de Fujifilm

Data & StockageImprimantesLogicielsPoste de travailProjets
fuji-xerox

Sur fond d’une opération à 6,1 milliards de dollars, la fusion entre Fujifilm et Xerox s’accompagne d’un plan drastique de suppressions de postes.

Fujifilm et Xerox ont annoncé le 31 janvier la conclusion d’un accord en vue d’un rapprochement.

La firme japonaise Fujifilm Holdings s’apprête à prendre le contrôle du spécialiste américain des systèmes et services d’impression et partenaire depuis 50 ans.

Le processus enclenché aboutira à la création d’un nouvel ensemble issu de la co-entreprise Fuji Xerox et Xerox sur fond d’une transaction à 6,1 milliards de dollars.

Fujifilm détiendra 50,1% du capital de la nouvelle structure qui devrait conserver le nom de Fuji Xerox.

L’opération, qui devrait être finalisée au cours de l’été 2018, vise à rationaliser l’organisation, réduire les coûts et trouver de nouveaux relais de croissance (services managés, imagerie médicale…). Les marchés historiques de Xerox (copieurs et imprimantes) étant en repli.

Xerox_VersaLink_B7035_A4_UI
Solution d’impression : Xerox VersaLink B7035 A4 UI

Les synergies (logistique, R&D, achats…) devraient permettre à la nouvelle combinaison Fuji Xerox d’économiser 1,7 milliard de dollars d’ici 2022, précisent les deux sociétés dans un communiqué.

Ce plan d’économie de fonctionnement est associé à un vaste plan de restructuration. Fujifilm prévoit en effet la suppression de 10 000 emplois au sein de son pôle copieurs et solutions d’impression. Un pôle qui représente tout de même près de la moitié de son chiffre d’affaires.

Fuji Xerox nouvelle formule disposera de deux sièges centraux  : Norwalk (Connecticut, USA) et Minato (Tokyo, Japon). L’entité sera cotée à la Bourse de New York.

Quant aux marques « Xerox » et « Fuji Xerox », elles seront maintenues sur leurs marchés respectifs.

Logique industrielle

Comment expliquer cette consolidation de grande échelle ? Des investisseurs activistes comme Carl Icahn et Darwin Deason, qui détiennent plus de 15% de Xerox, avaient poussé l’entreprise américaine à étudier différentes options stratégiques. Quitte à virer Jeff Jacobson, l’actuel CEO de Xerox.

Finalement, le dirigeant garde sa place en supervisant la direction du nouvel ensemble. La présidence du conseil d’administration revenant à Shigetaka Komori, son homologue côté Fujifilm.

« La fusion proposée présente une logique industrielle impérieuse. Elle permettra à la société issue du regroupement de dégager d’importantes opportunités de croissance et de productivité, tout en offrant une valeur substantielle aux actionnaires de Xerox », a déclaré Jeff Jacobson.

Fujifilm, qui va aborder sa 85ème année en 2019, est spécialisé dans l’imagerie et la photographie.

Le groupe japonais a investi des secteurs clés comme la santé, les sciences de la vie, les arts graphiques, les équipements électroniques, les produits chimiques, les optiques médicales et cinéma, les systèmes d’enregistrement de données, et les technologies photographiques.

fujifilm-xerox

Lire également :

Xerox se sépare en deux

L’entreprise numérique n’est pas encore sans papier

(Photo credit: chibitomu on Visualhunt.com / CC BY-NC-ND)


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur