Zoom donne à ses utilisateurs davantage d’options sur le routage des données

CollaborationLogiciels
Zoom logo

Les utilisateurs des versions payantes de Zoom pourront bientôt mettre sur liste noire les régions géographiques par lesquelles ils ne souhaiteraient pas que leur données transitent.

Les utilisateurs des offres payantes de Zoom pourront bientôt choisir par où transiteront leurs données.

À partir du 18 avril leur sera ouvert un système de liste noire par lequel ils pourront exclure une partie des infrastructures à leur disposition.

Les propriétaires et les administrateurs des comptes auront accès à cette option, paramétrable au niveau des utilisateurs individuels, des groupes ou de toute l’organisation.

Le filtrage se fera au niveau des huit zones géographiques entre lesquelles se répartissent les datacenters de Zoom. En l’occurrence, Amérique latine, Australie, Canada, Chine, États-Unis, Europe, Inde et Japon/Hong Kong.

Il ne sera pas possible d’exclure la région « par défaut ». C’est-à-dire celle où le compte a été créé. Il s’agit, pour la plupart des clients, des USA.

La question chinoise

Il s’agit là de contrôler le routage du trafic « temps réel ». Pas l’emplacement des données au repos tels que les enregistrements de réunions*.

Les connecteurs de salles de conférence déployées dans les régions blacklistées ne pourront se connecter ni aux réunions, ni aux webinaires.

Zoom connecteur salles de conférence

À défaut de cette nouvelle fonctionnalité, les utilisateurs de Zoom en version gratuite ont une garantie : leur trafic « ne passera jamais par la Chine » sauf s’ils en font la demande (liste blanche) ou sont basés sur place.

Ces propos font suite au routage via la Chine des communications d’une partie des utilisateurs. Zoom a évoqué une erreur technique liée à l’ajout précipité de capacités serveur.

* En la matière, Slack propose à certains de ses clients (forfaits Plus et Enterprise Grid) d’héberger leurs données en Allemagne, en France ou au Japon en plus des États-Unis (zone par défaut).
Microsoft propose, pour Teams, l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, les Émirats arabes unis, l’Inde, le Japon, le Royaume-Uni et la Suisse. Par défaut, les données résident dans la région géographique associée au client Office 365.

Illustration principale © Zoom

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT