Télégrammes : 1 million de Galaxy Note 7 échangés, Zero Day iOS à 1,5 M$, UE vigilante sur les données privées

Big DataData & StockageMobilitéOS mobilesPolitique de sécuritéRégulationsSécuritéSmartphonesSurveillance
1 0 Donnez votre avis

Si Didier Deschamps a finalisé sa sélection de joueurs pour le prochain match, nous avons sélectionné les télégrammes du soir.

Plus d’un million de Galaxy Note 7 remplacés dans le monde. Samsung a précisé ce chiffre à Reuters. Il reste encore du chemin au constructeur coréen pour atteindre les 2,5 millions d’unités vendues au total et potentiellement dotées d’une batterie défectueuse. Pour mémoire, certains smartphones ont été victimes de surchauffe, voire d’explosion. La batterie Lithium-Ion du terminal a été pointée du doigt comme responsable. En Corée du Sud et aux Etats-Unis, 60% des terminaux ont été remplacés. En Europe, ce programme d’échange a débuté à la fin septembre. Samsung prévoit de redémarrer la commercialisation de son produit à partir du 1er octobre pour la Corée. En France, il faudra attendre le 28 octobre prochain.

Zerodium paye 1,5 millions de dollars pour une faille Zero Day sur iOS 10. La firme spécialisée dans la recherche et la vente de vulnérabilités remonte ses récompenses. A la même époque l’année dernière, Zerodium proposait 1 million de dollars pour une faille critique sur l’OS mobile d’Apple. Aujourd’hui, la start-up fondée par le Français Chaouki Bekrar (fondateur de Vupen) augmente sa récompense en annonçant 1,5 million de dollars pour un jailbreak à distance d’iOS 10. Difficile pour les programmes de recherche de bug de s’aligner sur ces tarifs. A noter que la découverte d’une vulnérabilité Zero Day sur Android 7 et 6 est récompensée de 200 000 dollars.

L’UE plus vigilante sur la collecte des données. La commissaire européenne, Margrethe Vestager, a annoncé qu’elle allait « surveiller de très près » les entreprises qui collectent et utilisent les données personnelles comme Facebook, WhatsApp et Google. Cette remarque fait suite à la décision de l’Allemagne d’interdire à Facebook d’utiliser les données de WhatsApp. La dirigeante européenne a précisé vouloir « déterminer si nous avons besoin de commencer à examiner les fusions incluant des données valorisables, même si les entreprises qui possèdent (ces données) n’ont pas un chiffre d’affaires important ». Et d’ajouter que « les compagnies qui utilisent des mégadonnées doivent respecter les règles ». Un avertissement aux GAFA qui au regard de la réputation de la commissaire ne devraient pas le prendre à la légère.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur