BYOD : la sécurité divise employeurs et employés

DSIMobilitéPoste de travailSécurité
9 31 Donnez votre avis

Les priorités des salariés et de leurs employeurs divergent en matière d’utilisation de terminaux personnels dans le cadre professionnel, observe Webroot, sondage à l’appui.

L’impact du BYOD (Bring Your Own Device) sur la sécurité des systèmes d’information et la confidentialité des données est diversement appréhendé par les salariés et les employeurs, indique Webroot dans un rapport. Le fournisseur américain de solutions de sécurité informatique fait référence à deux enquêtes en ligne réalisées aux États-Unis par Harris Poll. La première a été menée en décembre 2013 auprès d’un échantillon de 2 129 employés, la seconde, en avril 2014, auprès de 205 professionnels IT actifs dans des entreprises de 500 salariés et plus.

Mobile et sécurité

41% des employés interrogés ont déclaré utiliser un smartphone ou une tablette dans le cadre professionnel pour accéder à leur messagerie ou à d’autres données de leur entreprise. Parmi eux, 78% utilisent leur propre terminal mobile. Bien que 67% des salariés assurent que leur dispositif est équipé d’une application de sécurité, une majorité se contente des logiciels dédiés préinstallés en usine. Si 86% des collaborateurs affirment utiliser des mesures de protection de base (mots de passe, accès WiFi sécurisé…), seuls 19% des terminaux concernés seraient équipés d’une suite de sécurité.

Autre point sensible : les politiques internes de BYOD. Une stratégie qui imposerait l’installation d’applications de sécurité spécifiques divise. 54% des collaborateurs seraient prêts à accepter l’installation de ces logiciels, alors que 46% des employés cesseraient d’utiliser leurs terminaux personnels pour le travail. Ils craignent en priorité (55%) l’accès d’un tiers à leurs données personnelles. L’effacement de données et la géolocalisation par l’employeur sont d’autres sujets d’inquiétude.

En la matière, les femmes (57%) sont davantage préoccupées que les hommes (41%). Elles sont également plus nombreuses (81% de femmes contre 66% d’hommes) à estimer que les employés devraient contribuer à la décision portant sur le choix d’une application de sécurité. Mais les employeurs rechignent encore à les consulter et plus de 60% ne prennent pas vraiment en considération les préférences de leurs employés en ce qui concerne la sécurité des terminaux.

La gestion du risque

L’heure est au management du risque. 98% des employeurs déclarent avoir fixé une politique en matière de sécurité mobile. Et 73% autorisent l’accès aux données de l’entreprise via un terminal personnel. Parmi ces dirigeants : 33% requièrent l’installation d’une application spécifique sélectionnée par leurs soins, 21% permettent l’accès sans consigne de sécurité et 19% demandent à ce que le terminal soit équipé d’une solution de sécurité avant d’autoriser l’accès corporate.

Sans surprise, 95% des entreprises interrogées s’inquiètent des risques que font peser le BYOD sur la sécurité de leurs systèmes, réseaux et données. Et 96% des employeurs redoutent la faille critique. Webroot, qui prêche pour sa paroisse, avertit : « Si l’entreprise ne respecte pas les droits de ses employés en matière de BYOD, ces derniers cesseront d’utiliser leurs terminaux personnels à des fins professionnelles. Chacun perdrait alors la productivité et l’équilibre entre travail et vie privée qu’apporte la mobilité ».

crédit photo © watcharakun – Shutterstock


Lire aussi

Mobilité : le juteux marché du BYOD

Sécurité : cher, très cher BYOD


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur