FFTélécoms : Bouygues Telecom préside, SFR-Numericable reste

GouvernanceMobilitéOperateursRégulationsRéseaux
1 0 Donnez votre avis

Un temps menacée de disparition, la Fédération Française des Télécoms continuera ses efforts de lobbying en faveur des opérateurs télécoms. Un nouvel exécutif est mis en place avec Bouygues Telecom aux commandes et SFR-Numericable à la vice-présidence.

Selon nos confrères du Figaro, l’orage est passé à la Fédération Françaises des Télécoms. Patrick Drahi, fondateur d’Altice, qui détient SFR-Numericable avait menacé de claquer la porte de la fédération si le mode de fonctionnement (passage de 10 personnes à 5) et le montant de la cotisation des membres n’étaient pas révisés. Pour faire pression, l’opérateur avait décidé de divisé ses cotisations par deux et de retarder ses paiements du premier trimestre 2015. Même Didier Lombard, ex-Pdg de France Telecom, était monté au créneau avec malice le 5 mai dernier sur Twitter, « Il reste 48 heures pour sauver la FFT. Un geste Mr Drahi ? Nettement moins cher que Libe et l’Express ». Il aura donc fallu 6 mois de négociations et des concessions pour que le Tycoon des télécoms accepte de poursuivre l’aventure de la FFT.

Iliad avait aussi été sollicité pour revenir au sein de la fédération. Pour rappel, la firme de Xavier Niel avait claqué la porte en 2008, dénonçant les attaques de ses camarades opérateurs sur l’obtention d’une 4ème licence 3G et sa mise à l’écart d’un accord sur la fibre. Finalement, Iliad aura été sourd aux appels au secours du président de la FFT Pierre Louette qui, en janvier dernier, tirait la sonnette d’alarme sur la survie de l’association.

Un président et un vice-président consensuel

Dans le nouvel organigramme, la présidence de l’association revient à Bouygues Telecom (qui avait déjà assuré ce poste à l’origine de la FFT) en la personne de Didier Casas, actuellement secrétaire général de Bouygues Telecom. Le Figaro rappelle son cursus : énarque, diplômé de Sciences Po Grenoble et titulaire d’un DEA de droit. Il succède donc à Pierre Louette, directeur général adjoint d’Orange.

Pour le seconder, la FFT a nommé un vice-président, Jérôme Yomtov, actuellement secrétaire général de SFR-Numericable. Ce dernier a un passé de lobbyiste influent dans les sphères politiques (il est passé au cabinet de Nicole Fontaine à l’époque ministre délégué à l’Industrie) et auprès des collectivités territoriales.

La nouvelle équipe va se mettre rapidement au travail en préparant une réunion avec Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, qui se déroulera jeudi 21 à 18h00. Dans l’agenda du ministre, est évoqué diplomatiquement un entretien avec les dirigeants des opérateurs mobiles, et non avec la FFT qui n’était pas sûr de survivre. La discussion en compagnie de Sébastien Soriano, président de l’Arcep, et d’Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au Numérique, devrait porter sur la couverture des zones blanches et le déploiement de la fibre optique.

A lire aussi :

La FFTélécoms veut un new deal pour relancer les opérateurs
Les opérateurs français rejoignent l’Open Internet Project


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur