Le SaaS et ses éditeurs ne connaîssent pas la crise

CloudDSILogicielsProjets
10 46 Donnez votre avis

Portés par le SaaS, les éditeurs américains non cotés ont enregistré la plus forte croissance de leurs revenus depuis la crise financière de 2008. Les recrutements sont en forte hausse.

Le baromètre annuel de l’industrie américaine du logiciel et du SaaS a été publié par Opexengine et la SIAA (Software and Information Industry Association). Pour l’édition 2015 du baromètre, plus de 100 pure players du SaaS et éditeurs de logiciels B2B, non cotés dans leur majorité, ont été interrogés. Ils réalisent entre 3 millions et 300 millions de dollars de chiffre d’affaires par an.

Aux États-Unis, la « forte croissance des revenus est au rendez-vous pour le secteur dans son ensemble », observent les auteurs du rapport. Après avoir gagné 42 % en 2013, les revenus des éditeurs non cotés (78 % du panel) ont augmenté de 55 % en 2014. Les éditeurs du top 25 (établi en fonction de la croissance du chiffre d’affaires) affichent jusqu’à 150 % de croissance en 2014, après 100 % en 2013.

Des revenus et des recrutements en hausse

Confiantes dans la croissance de leurs revenus et de leurs carnets de commandes, les entreprises américaines du SaaS recrutent pour soutenir leur développement. Les éditeurs non cotés sont 31,5 % à prévoir une hausse de leurs équipes cette année, alors qu’ils étaient 26,4 % à l’envisager l’an dernier. Un taux qui atteint 43 % cette année (contre 38 % l’an dernier) chez les sociétés qui affichent les rythmes de croissance les plus élevés. Elles peuvent également compter sur les investissements en capital risque (d’un montant médian de 35 millions dollars en 2014) dans le SaaS.

En France, une nouvelle phase s’engage. « Après une douloureuse phase de transition, la plupart des éditeurs français perçoivent les fruits de la transition de modèle (vers le Cloud/SaaS), leur marges deviennent positives », expliquait l’Afdel en mai dernier. Le SaaS a représenté 12% du chiffre d’affaires 2014 des éditeurs français du top 100 établi par ses soins et PwC, soit trois points de plus par rapport à 2013. Et les revenus du Top 20 SaaS ont progressé de plus de 15 % par rapport à l’année précédente.

Lire aussi :

L’IT est un rempart solide contre le chômage… aux États-Unis
Saas Academy : accélérer la mue des éditeurs de logiciel vers le Cloud

crédit photo © romrf – Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur