Télégrammes : Galaxy Note 7 pestiféré, Adieu Lumia ?, Zero Days pour MySQL, Teads rachète Brainient

Bases de donnéesData & StockageMobilitéPolitique de sécuritéSécuritéSmartphones
0 2 Donnez votre avis

Moins chancelants qu’Hillary Clinton, les télégrammes sont en pleine forme pour l’édition du soir.

  • Galaxy Note 7 persona non grata. Le smartphone de Samsung n’en finit pas d’être mis en quarantaine par certaines industries et même des pays. Les premiers à dégainer étaient les compagnies aériennes dont Air France. Elles ont été suivies par plusieurs pays (Australie, Inde et Canada) où les autorités de régulation ont alerté les citoyens sur les risques d’explosion de batteries Lithium-Ion des Galaxy Note 7. Fruit du hasard, la presse américaine a montré un possesseur du smartphone incriminé dont la batterie a explosé et a carbonisé complètement sa voiture. Le constructeur coréen invite à nouveau les utilisateurs à ne pas recharger ou utiliser leur Galaxy Note 7. Mauvaises nouvelles, mauvaise image, il n’en faut pas plus pour que la Bourse sanctionne Samsung avec une baisse du titre de plus de 7%.
  • Microsoft ne remplace plus les Lumia sous garantie. Les smartphones Lumia vont-ils disparaître du catalogue de Microsoft avant la fin de l’année ? Des articles de la presse britannique rapportent que l’entreprise de Redmond n’est plus en mesure de remplacer les smartphones de la marque rachetée à Nokia en 2014 (avec l’ensemble des activités mobiles) pourtant encore sous garantie. Pour cause de stocks épuisés. Et la production de nouveaux modèles de téléphones a été arrêtée il y a un mois. La rumeur sur l’arrêt de l’offre Lumia avait surgi avec la sortie du Lumia 650 sous Windows 10 Mobile en février 2016. La fin des stocks dans les boutiques anglaises semblerait confirmer cette rumeur. Les Lumia devraient être remplacés par de nouveaux modèles, les Surface Phone, attendus pour 2017. Mais Microsoft n’a jamais officiellement confirmé cette information. L’éditeur de Windows laissera-t-il mourir son offre smartphones ?
  • Zero day pour MySQL. Un chercheur en sécurité polonais, Dawid Golunski, vient de découvrir deux failles zero day affectant toutes les versions actuellement supportées de MySQL, mais également les bases de données dérivées de ce projet Open Source, comme MariaDB et PerconaDB. Le chercheur a publié un code permettant d’exploiter une des deux failles (CVE-2016-6662). Si MariaDB et PerconaDB ont déjà publié un correctif pour cette vulnérabilité. Oracle – qui possède MySQL depuis le rachat de Sun – n’en a rien fait. Le prochain train de mises à jour d’Oracle est attendu en octobre prochain seulement. En publiant son code, Dawid Golunski espère pousser l’éditeur américain à accélérer son calendrier, d’autant que, selon lui, la publication des patch de MariaDB et PerconaDB donne des indications sur la nature de la faille. Ce qui pourrait accélérer sa récupération par des hackers. La CVE-2016-6662 permet à un assaillant d’exécuter du code sur une base de données MySQL fonctionnant avec sa configuration par défaut (avec les droits d’administration root). La seconde vulnérabilité mise au jour par Golunski (CVE-2016-6663) est de même nature, mais n’a pas été détaillée par le chercheur.
  • Publicité vidéo : Teads se renforce. Quelques semaines après avoir obtenu un financement bancaire de 43 millions d’euros, la plate-forme de publicité vidéo Teads, codirigée par Pierre Chappaz (président exécutif) et Bertrand Quesada (CEO), met la main sur Brainient. Cette société installée à Londres s’est spécialisée dans l’optimisation dynamique des publicités, avec des technologies qui adaptent le contenu au contexte. Teads travaillait déjà avec Brainient, qui poursuivra son activité en tant qu’entité indépendante, relocalisée à New York. La quarantaine de salariés de l’entreprise britannique est invitée à poursuivre l’aventure. Divisée en trois briques (création, diffusion, analytique), l’offre de Brainient devient gratuite pour tous les annonceurs de Teads – sachant que la formule « à la carte » est actuellement affichée à 1,10 euro du CPM pour les créations publicitaires contenant de la vidéo (70 centimes sans). Elle est renommée « Teads Studio », précise ITespresso. Cette acquisition doit aider Teads à atteindre son objectif de 180 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016 (contre 130 millions en 2015).

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur