5 millions de lignes VDSL2 vectorisées pour Alcatel-Lucent

Cloud
Vitesse, performances

Le marché des lignes VDSL2 vectorisé explose pour Alcatel-Lucent qui compte aujourd’hui une vingtaine de clients et 60 pilotes en cours.

En un an, Alcatel-Lucent a multiplié par 5 la fourniture de sa solution de vectorisation VDSL2. L’équipementier a annoncé avoir franchi le seuil des 5 millions de lignes équipées de sa technologie VDSL2 “vectorisé” contre 1 million en avril 2013. Selon l’entreprise, ses livraisons de vectorisation VDSL2 dépassent désormais celle du VDSL2 non vectorisé.

100 Mbit/s sur paire de cuivre

Rappelons que, technologie xDSL, le VDSL2 est en mesure de transporter de très haut débit (jusqu’à 100 Mbit/s) sur des lignes téléphoniques classiques (en cuivre) sur quelques centaines de mètres (jusqu’à 600 sans interférences). La vectorisation améliore la technologie en limitant les interférences générées entre les câbles de cuivre qui s’entremêlent à la sortie des commutateurs afin d’offrir une qualité homogène sur l’ensemble du réseau cuivre équipé de l’opérateur.

Une technologie lancée en septembre 2011 qui attire donc l’intérêt des opérateurs. Lesquels y voient une opportunité pour améliorer à moindre frais la qualité de leur réseau cuivre et leurs services en attendant le déploiement de la fibre optique résidentielle (FTTH), technologie d’avenir s’il en est mais onéreuse à déployer. Une alternative qui a déjà séduit une vingtaine d’opérateurs dont KPN (Pays-Bas), Telecom Italia, ou Belgacom (Belgique), premier acteur au monde à avoir activé un réseau national de vectorisation VDSL2 en févier dernier.

Une passerelle vers la fibre

Si le VDSL2 apporte le très haut débit sur les réseaux non fibrés ou câblés, Alcatel-Lucent se défend néanmoins de freiner le déploiement de la fibre. Au contraire, l’équipementier estime que son offre permet à l’opérateur d’améliorer ses revenus et, donc, ses capacités d’investissement dans les projets FTTH à plus long terme, tout en répondant aux objectifs de couverture haut débit fixé par les réglementations et autres objectifs gouvernementaux. « Les analystes comme les clients ont approuvé notre technologie, nous confortant dans notre idée qu’un mix de technologies cuivre et fibre est le moyen le plus rapide et le plus économique de déployer partout le très haut débit », défend Federico Guillén, directeur de l’activité Accès fixe d’Alcatel-Lucent.

Selon les prévisions du cabinet Broadbandtrends, 78 millions de lignes VDSL2 seront vectorisées d’ici 2019. Un marché à très haut débit pour Alcatel-Lucent qui opère une soixantaine de pilotes actuellement.

crédit photo  © Chungking – Fotolia.com


Lire également
Très haut débit: le VDSL2 comme alternative à la fibre optique?
G.fast, la technologie d’Alcatel-Lucent qui atteint le 1 Gbit/s sur paire de cuivre
Matthieu Bourguignon (Alcatel-Lucent) : « Accélérer la pénétration du très haut débit en France »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur