Alcatel-Lucent va tirer un nouveau câble sous-marin transatlantique

Réseaux

Alcatel-Lucent a été retenu par eFive Telecoms, un nouvel acteur du secteur, pour relier l’Afrique au continent sud-américain.

Alcatel-Lucent vient de signer remporter un nouveau marché pour installer un câble de communication transatlantique. L’équipementier franco-américain annonce avoir signé avec eFive Telecoms pour relier le continent africain à l’Amérique du Sud. Fondée en 2009, eFive se définit comme une société d’investissement africaine pour guider les investissements, investisseurs et partenaires dans le développement de solutions de télécommunication. « Le but étant de répondre au besoin du marché en créant une société de télécommunications et/ou de technologies électroniques, d’information et de communication professionnelle et centrée sur ses clients », souligne le communiqué.

Il est encore trop tôt pour savoir si eFive exploitera directement ce nouveau réseau de communication à travers une offre de services ou s’il en revendra simplement la capacité aux opérateurs. « C’est un investisseur qui veut avoir un rôle dans le marché des télécoms », soutient-on du côté d’Alcatel-Lucent.

Quant au réseau physique, il sera composé de deux tronçons: l’un africain, reliant l’Afrique du Sud au Nigéria en passant par l’Angola; l’autre reliant l’Angola au Brésil. Comptez une bonne dizaine de millier de kilomètres de fibres et de longs mois d’installation. En clair, la date d’ouverture du réseau, qui sera probablement basé sur la technologie standard du moment TWDM à 40 Gbit, reste pour l’heure inconnue. Tout comme le montant du contrat.

Le projet permettra certes d’offrir de la capacité réseau entre les deux continents mais il vise également à améliorer la connectivité en Afrique. « Du fait de la croissance de la téléphonie mobile et de l’Internet en Afrique, les fournisseurs de services demandent davantage d’options de connectivité pour accroître leur fiabilité, ainsi qu’un accès plus étendu à la bande passante, explique Philippe Dumont, directeur de l’activité réseaux sous-marins d’Alcatel-Lucent. Ce projet confirme que l’Afrique représente un centre majeur pour la connectivité haut débit. »

Le projet eFive viendra compléter le précédent contrat d’Alcatel-Lucent signé en juin avec le consortium ACE (Africa Coast to Europe) et qui vise à relier la France (Penmarch) à l’Afrique du Sud (Cape Town) en desservant 21 pays à travers 17.000 km de fibres. Un contrat à 500 millions de dollars pour l’équipementier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur