Arnaud Montebourg s’inquiète des plans sociaux dans les télécoms

OperateursRégulations

Le ministère du Redressement productif a indiqué mercredi s’entretenir avec l’intersyndicale de Bouygues Télécom et SFR, et recevoir au plus vite les quatre opérateurs français afin d’évoquer le marché et la situation de l’emploi dans la filière.

Après que Bouygues Télécom et SFR ont annoncé réduire leurs effectifs, Bercy a indiqué mercredi 4 juillet recevoir les syndicats des deux opérateurs et évoquer avec leurs dirigeants « les moyens du retour à un modèle de croissance, au bénéfice de l’emploi, tant au sein des opérateurs que chez leurs sous-traitants et fournisseurs ».

Respectivement second et troisième opérateurs français derrière France-Télécom Orange, Bouygues Télécom et SFR emploient chacun quelque 10 000 collaborateurs. Après avoir perdu un nombre significatif d’abonnés dans la téléphonie mobile suite à l’arrivée en début d’année de Free (Iliad) et de ses forfaits à bas coûts sur ce segment, Bouygues Telecom a présenté un plan de départs volontaires portant sur 556 postes et SFR a indiqué détailler son plan à l’automne.

L’alibi du low cost

Profitable aux consommateurs, l’ouverture du marché à la concurrence explique-t-elle à elle seule les déboires des historiques ? Certains syndicats s’interrogent. SUD, par exemple, dénonce « l’alibi du low-cost », considérant que « la crise du secteur ne se résume pas à l’arrivée de Free, elle est le résultat d’une politique délibérée des opérateurs et des politiques publiques dans les télécoms ».

De leur côté, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et sa ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique, Fleur Pellerin, estiment que « dans un secteur tel que celui-ci, réglementé et donc protégé de la concurrence internationale, tout doit être fait pour éviter que des emplois soient détruits ou délocalisés et que les investissements nécessaires tant à l’aménagement des territoires qu’à la compétitivité et la croissance de notre économie soient remis en cause ou retardés ».


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur