Blackberry plonge dans l’Internet des objets

DSILogicielsM2MMobilitéOS mobiles

Blackberry a dévoilé le projet Ion qui marque l’entrée du constructeur canadien sur le marché prometteur du traitement des déluges de données issues de l’Internet des objets.

John Sims l’évoquait récemment. « Nous sommes idéalement positionnés pour être un acteur majeur sur le marché de l’Internet des objets qui se chiffre en multi-milliards de dollars », déclarait le président de la division Entreprise à l’occasion de l’annonce de nouveaux partenariats autour de Blackberry 10. Blackberry a profité de la conférence O’Reilly Solid de San Francisco pour annoncer le Projet Ion. Lequel vise à fournir un ensemble de solutions pour aider l’entreprise à tirer parti de l’Internet des objets (IoT).

Plate-forme, écosystème, partenariats

Pour y parvenir, le constructeur canadien va fournir un ensemble de ressources dédiées. A savoir :

  • une plate-forme publique sécurisée qui verra l’émergence d’applications ouvrant l’accès à de multiples sources de données;
  • la construction d’un écosystème de l’IoT entre développeurs, opérateurs, fournisseurs et experts visant à connecter toujours plus de terminaux;
  • des partenariats stratégiques pour accélérer le développement et la disponibilité des technologies connectées, notamment avec l’ICC (Industrial Internet Consortium), un consortium chargé d’élever des standards de technologies industrielles, mais aussi les organisations gouvernementales et le monde universitaire.

Valoriser la donnée

Ce projet vise donc apparemment à alimenter les entreprises en données formatées pour être exploitables de manière optimale et valorisée. Blackberry entend notamment s’appuyer sur des outils d’analytique Open Source de tierces parties sans citer lesquels. Parmi les marchés visés, le constructeur canadien évoque l’univers médical des médecins avides d’informations en temps réel pour améliorer leurs diagnostiques, de monde de l’assurance pour affiner l’évaluation des risques (et ajuster les montants des contrats en conséquence), l’environnement des fabricants pour améliorer la chaîne logistique ou plus généralement la problématique des entreprises de tous genres avides d’outils pour mieux évaluer les besoins et attentes des consommateurs. Un marché immense, en perspective, donc.

Si Blackberry est encore peu disert sur ce projet, sa pierre angulaire s’inscrira évidemment autour de la plate-forme d’applications IoT qu’entend développer la firme de Waterloo. Celle-ci s’appuiera visiblement sur la technologie QNX (un Unix qui fait tourner l’environnement BB10, des systèmes de pilotage automobile et que la firme avait racheté en 2010) et la solution de gestion des terminaux mobiles vraisemblablement inspiré de son serveur Blackberry Enterprise Services (BES10). Ou comment tirer parti des actifs technologiques maison pour aborder un marché naissant.

Des exaoctets de données quotidiennes

« Alors que les coûts de connectivité continuent de baisser et les technologies connectées deviennent omniprésentes, un nouveau marché émerge – l’Internet des objets, a déclaré John Chen, le dirigeant de Blackberry. Les milliards de connexions, générant des milliards de transactions et des exaoctets de données par jour, nécessiteront des plates-formes dédiées capable de fonctionner en toute sécurité à l’échelle mondiale. » Un domaine sur lequel Blackberry entend donc exceller, confortant l’entreprise dans sa stratégie de se reconcentrer sur l’offre de services aux entreprises et faire oublier son échec sur le marché des terminaux.

Les entreprises intéressées par le Project Ion pourront accéder à une version bêta en s’inscrivant à partir de la page du projet.


Lire également
John Sims, Blackberry : « notre offre reste unique sur le marché»
BlackBerry affiche 5,9 milliards de dollars de pertes annuelles


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur