Buffalo décline ses TeraStation en rack

Poste de travail
buffalo-terastation-rack

Buffalo renforce sa position sur le marché du stockage d’entreprise avec un serveur NAS en rack au format 2U, pourvu d’un processeur Intel Xeon qui facilite l’intégration en environnement virtualisé.

Pour élargir sa cible commerciale sur le marché porteur des PME, Buffalo agrémente sa série de NAS TeraStation d’un modèle en rack au format 2U, pensé pour satisfaire les besoins des entreprises dont les effectifs avoisinent la centaine de collaborateurs.

Aux processeurs Intel Atom – qui équipent la série LinkStation du même fabricant – se substitue la classe Xeon, qui supporte davantage de mémoire vive, tolère mieux les accès multiples et s’ouvre à la virtualisation (certification VMware, compatibilité Microsoft et Citrix), avec un adressage iSCSI.

Sauvegarde et réplication peuvent s’exécuter en arrière-plan, vers des unités locales ou distantes, voire Amazon S3 ou NovaBackup (10 licences fournies), sans monopoliser trop de ressources.

Avec le format rack, on perd l’écran de contrôle LCD, mais le contrôleur SATA n’est pas bridé à 3 Gbit/s, comme c’est le cas sur certains modèles LinkStation. La liste de compatibilité inclut quelques disques de 4 To, mais Buffalo concentre son offre sur les volumes de 3 To, avec une capacité maximale annoncée de 36 To sur 12 baies.

Une redondance avancée

L’accent est plutôt mis sur le support des configurations RAID logicielles (protection des données par réplication), le hot swap (disques échangeables à chaud) et le failover (reprise en cas de défaillance), qui s’applique non seulement aux 4 interfaces Ethernet Gigabit, mais aussi entre plusieurs NAS TeraStation sur un même réseau local. Le basculement de charge est automatique, avec des données prêtes à l’emploi, car répliquées par avance.

Une plus-value qui n’arrive pas seule. Elle s’accompagne d’un système d’alimentations redondantes ainsi que de deux emplacements PCIe (1×8 et 1×4) sur lesquels une solution graphique et une carte d’interface 10GbE trouveront préférentiellement place. En revanche, l’USB 3.0 passe à la trappe : les 6 ports disponibles répondent à la norme 2.0.

L’évolution est tout aussi inégale au niveau des fonctionnalités de l’OS intégré. Hormis le serveur d’impression, le gestionnaire de téléchargements et le client BitTorrent, la centrale de vidéo-protection reste d’actualité, avec un maximum de 10 caméras en simultané (1 licence fournie). Plus remarquable, il est possible de centraliser sur une même interface la gestion de plusieurs unités TeraStation. L’accès à distance est simplifié avec les applicatifs mobiles WebAccess, pour iOS et Android.

Buffalo décline son offre en trois paliers. En tête de liste, une version équipée en Xeon E3-1275 (4 cœurs, 8 threads, 3,4 GHz) et pourvue de 8 Go de mémoire vive DDR3, assortis de 24 ou 36 To de stockage sur 12 volumes. Le catalogue inclut un autre modèle 12 baies, pourvu quant à lui d’un Xeon E3-1225 (4 cœurs, 8 threads, 3,1 GHz). Le produit d’appel reste cette TeraStation à 8 baies, livrée avec 4 disques, pour 3839,90 euros HT. Une garantie de trois ans s’applique sur l’ensemble de la gamme, y compris les disques durs fournis de série.

Crédit photo : Buffalo


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur