CES 2011 : la tablette Cius de Cisco prête pour la 4G LTE

CollaborationRéseauxTablettes

Verizon Wireless lancera le premier la tablette Cius de Cisco aux Etats-Unis. Un produit exemplaire pour tirer parti du nouveau réseau LTE de l’opérateur américain. Mais attention aux risques de congestion des flux avec la montée en charge des usages vidéo…

Si la plupart des fabricants de tablettes visent les marchés grand public, les usages professionnels de ces nouveaux médias ne sont pas négligés pour autant. Cisco a ainsi profité du Consumer Electronics Show 2011 (CES 2011) de Las Vegas (du 6 au 9 janvier) pour apporter de nouveaux détails à sa stratégie à travers le lancement de la Cius attendue au printemps prochain aux Etats-Unis dans un premier temps.

Rappelons que la Cius est une tablette au format modeste (7 pouces), opéré sous Google Android et plutôt taillée pour les applications de collaboration, notamment vidéo, offrant ainsi la visioconférence mobile. Une mobilité qui devra s’appuyer sur un réseau dédié solide. Et, en la matière, l’opérateur américain Verizon Wireless fait office de précurseur avec l’ouverture en décembre de son réseau 4G LTE qui couvre aujourd’hui près d’une quarantaine de villes américaines. Verizon sera le premier opérateur américain (et mondial) à proposer la Cius.

La Cius, produit d’appel pour l’infrastructure Cisco

Cela tombe bien, la Cius supportera le très haut débit mobile LTE en plus de la 3G (et du Wifi). Qui plus est, l’interface LTE pour les routeurs à services intégrés (Integrated Services Router , ISR) de Cisco permettra aux entreprises (principalement de taille modeste) d’utiliser des applications gourmandes en bande passante (notamment avec la deuxième génération ISR G2 qui améliore les performances) en mobilité. De quoi offrir de nouvelles opportunités d’affaires aux PME.

Cisco Cius, la première tablette 4G LTE

Au-delà de ses qualités indéniables (sur le papier), la Cius s’apparente donc bien à un produit d’appel pour inciter les entreprises à s’équiper en infrastructure Cisco. L’intéropérabilité des équipements, notamment en matière de solution de collaboration, n’étant pas franchement à l’ordre du jour entre les différents acteurs du marché. Et si l’entreprise américaine évoque notamment d’énigmatiques (pour nous) « services innovants tels que la prochaine génération des guichets automatiques et kiosques de ventes au détails équipés en vidéo [next-generation video-enabled ATMs and ‘Shop-in-a-Box’ retail solutions] », c’est bien la visioconférence et/ou la visiophonie personnelle qui devrait émerger dans les usages les plus courant.

Risques de congestion des flux

Les réseaux des entreprises pourront-ils supporter les volumes de données afférents aux contenus vidéo tout en assurant une bonne qualité de communication? Pas question, en effet, de subir des temps de latence qui rendront insupportables les communications en visiophonie. « C’est un gros challenge qui arrive dans réseau avec le cloud, la VoIP et, surtout, la vidéo (Webex, vidéoconf, Netmeeting…), confirme Diaa Elyaacoubi présidente de Streamcore, un prestataire spécialisé dans la gouvernance du réseau. Ce n’est pas un hasard si Cisco a racheté Tandberg car le trafic exigé va bouleverser le coeur du réseau. Pour Cisco, il s’agit d’augmenter les capacités d’infrastructure. »

Or, les entreprises n’auront pas l’opportunité de doubler la taille de leur infrastructure tous les ans pour supporter l’augmentation des volumes de données. Au risque qu’elles se retrouvent d’ici quelques années confrontée à la situation des opérateurs dont 80 % de la valeur vient de la téléphonie alors que 80 % du trafic provient des contenus dont ils ne tirent quasiment aucune valeur. La part de la vidéo dans la data augmentant de 30 % à 40 % par an. La solution? « Une meilleure gestion du réseau à travers une bonne gouvernance et une politique de priorité [des flux]. » Un nouveau défi pour les DSI.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur