Couverture 3G: SFR échappe aux foudres de l’Arcep… temporairement

Cloud

SFR a réussi à rattraper son retard en matière d’obligation de couverture mobile 3G. Mais le taux effectif reste inférieur à celui annoncé par l’opérateur.

L’Arcep (autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a décidé d’accordé un non-lieu à SFR après avoir mis en demeure (ainsi qu’Orange) l’opérateur pour manquement à ses obligations de couverture du réseau de télécommunication mobile 3G. L’autorité de régulation des télécoms considère que le deuxième opérateur mobile français (groupe Vivendi) a « satisfait à l’obligation qui lui avait été fixée ».

A l’origine, SFR devait couvrir 99,3 % de la population en juin 2009. On en était très loin puisqu’en décembre 2009, la filiale de Vivendi n’affichait qu’un taux de 81 % (87 % pour Orange). Face à ce constat, le gendarme des télécoms avait revu ses exigences rabaissées à une couverture de 84  % de la population à fin juin 2010. Mission accomplie, estime aujourd’hui le régulateur.

Lequel note cependant une différence entre les déclarations de SFR et la réalité du terrain: « Toutefois, il convient de relever que ce taux est inférieur au taux de 87 % annoncé par SFR dans un communiqué de presse en date du 8 juillet 2010, note le régulateur qui note également que la couverture 3G dans la bande 900 MHz offre une fiabilité moindre que la couverture 3G dans la bande 2,1 GHz ».

Si SFR bénéficie pour l’heure d’un non lieu de la part de l’Arcep, l’autorité ne manquera pas de surveiller de près le déploiement de son réseau. L’opérateur doit en effet atteindre 88 % de la population avant la fin 2010, 98 % de la population avant la fin 2011, et 99,3 % de la population d’ici la fin de l’année 2013. Orange, pour sa part, devra couvrir 91 % et 98 % de la population respectivement avant fin 2010 et 2011.

Des évolutions que l’Arcep se fera un plaisir de revérifier au 31 décembre prochain. Quant à Bouygues Telecom, dont les exigences en matière de couverture mobile 3G sont moindres pour cause d’entrée tardive sur le marché, il devra afficher un taux de 75 % de la population. L’Arcep tâchera de vérifier si l’objectif est tenu le 12 décembre prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur