Google officialise son offre Android pour les tablettes accompagnée d’un nouvel Android Market

CloudOS mobilesTablettes

Avec Android 3, l’environnement mobile optimisé pour les tablettes, Google compte bien faire descendre l’iPad de son piédestal sur le marché des ardoises numériques.

Google étoffe sa stratégie « Apps ». L’entreprise de Mountain View vient d’annoncer le lancement de Android Market pour le web. Autrement dit, les applications jusqu’alors disponibles depuis un smartphone Android le seront également depuis le navigateur web classique. La nouvelle plate-forme tire ainsi parti de l’affichage sur grand écran permettant ainsi de mieux mettre en valeur l’offre applicative du catalogue qui compte désormais plus de 100.000 références.

Android Market pour le web offre par ailleurs une nouvelle ergonomie. Il est désormais possible d’utiliser le réseau fixe pour envoyer ses applications (les développeurs apprécieront), pour poster des commentaires et partager ses découvertes applicatives via Twitter. Le système permet également, après référencement du compte Google de l’utilisateur, de gérer les applications installées sur son téléphone mobile depuis son PC. Surtout, le nouveau « store » devrait particulièrement être apprécié des usages sur tablette.

Android 3.0, taillé pour les tablettes

C’est pourquoi Google a présenté sa nouvelle plate-forme marchande à l’occasion du lancement officiel d’Android 3.0 (Honeycomb), la version de l’OS mobile de la firme optimisée pour les tablettes. Un nouvel environnement que Motorola nous a laissé entrapercevoir à l’occasion de la présentation de son ardoise Xoom au CES 2011.

Entièrement redéveloppé, Honeycomb propose une nouvelle interface qui tire parti des écrans mobiles larges des tablettes. Parmi les nouveautés (par rapport à Android 2.x) Google annonce notamment plus de notifications interactives et des widgets, une amélioration du multitâche, la prise en charge des architectures multicoeurs, une optimisation du support graphique 2D et 3D et un vrai bureau personnalisable. Bref, un nouveau PC portable sur le papier.

La multiplication des tablettes Android

Honeycomb sera surtout en mesure d’accueillir des applications taillées pour les ardoises numériques tout en restant compatible avec les actuelles. Un certain nombre est déjà disponible. Citons AccuWeather, Google Body, Quickoffice, les titres de presse Time Magazine, CNN ou encore The Economist et des sites de jeux (Zynga, Trendy Entertainment…). Offre qui ne manquera pas de s’étoffer d’autant plus rapidement que les tablettes sous Android 3.0 vont rapidement débarquer sur le marché (LG a présenté la G-Slate comme le rappelle ITespresso.fr, Acer et Asus sont également en piste, le Mobile World Congress 2011 de Barcelone ne manquera certainement pas d’annonces en ce sens).

Google a en effet déjà fourni tous les outils de codage nécessaires aux développeurs, notamment à travers les librairies permettant d’exploiter les nouvelles fonctionnalités d’Android. Dont un système de gestion de droits qui devrait séduire les éditeurs de contenus. Les développeurs apprécieront pour leur part de savoir que leurs applications pourront être supportées par un nombre toujours plus grands dans l’univers de Google : smartphones, tablettes et Google TV.

L’iPad en ligne de mire

Ajoutons que la vidéo-conférence fait également partie des principales fonctions de Honeycomb, tout comme l’offre cloud (stockage en ligne) qui permettra de retrouver son univers applicatif en cas de changement de tablette. Alors que plus de 20 % des ardoises numériques vendues au quatrième trimestre 2010 l’était sous Android selon Strategy Analytics, Honeycomb pourrait bien donner le coup de pieds décisif au marché des tablettes (comme il l’a fait pour les smartphones) pour faire tomber Apple de son piédestal. Avec plus de 14 millions d’iPad vendus en 2010 dans le monde, Cupertino a jusqu’à présent fait sa loi sur le marché des tablettes. Peut-être plus pour longtemps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur