Le HTC 8X propose le plus petit écran sous Windows Phone 8

MobilitéPoste de travailSmartphones
crédit photo © HTC

Avec le 8X, HTC rejoint Samsung et Nokia au pays de Windows Phone 8. Avec une stratégie tarifaire agressive.

Avec la sortie en approche de Windows Phone 8 (synchronisée avec celle de Windows 8), un OS attendu le 25 octobre, les constructeurs affûtent leurs annonces et produits. Après Samsung et Nokia, c’est au tour de HTC de présenter son offre.

Deux modèles de smartphones Signatures sous Windows Phone 8 seront disponibles en novembre sur le marché français : les 8X et 8S, haut et milieu de gamme respectivement. HTC détaille surtout son modèle 8X au design assez proche de celui du Lumia 920 de Nokia.

NFC mais pas 4G

Le 8X propose un écran 4,3 pouces super LCD 2 avec une résolution HD 720p (1280 x 720 points), un véloce processeur double cœur Qualcomm S4 à 1,5 GHz, 1 Go de mémoire vive, 16 Go de mémoire interne (mais pas de microSD pour l’étendre) et un capteur dorsal BSI (pour les prises de vue en faible luminosité) 8 millions de pixels et frontal (à très grand angle) 2,1 mégapixels.

Les fréquences GSM, Edge, 3G sont gérées mais pas la 4G LTE. Comme pour le One X, HTC a choisi le format micro SIM. Le NFC est supporté. À noter que le GPS intègre le système de navigation russe Glonass. Utile quand on se promène en Europe de l’Est.

L’HTC 8X, le plus léger des Windows Phone

Notre confrère Gizmodo.fr a comparé l’ensemble des caractéristiques du 8X avec celles du Nokia Lumia 920 et du Samsung Ativ S. En résumé, le 8X n’est pas le plus compact du trio (13,2 x 6,6 x 1,0 cm) mais, aidé du plus petit écran de l’offre, c’est le plus léger. Sa batterie, intégrée, de 1800 mAh est aussi en retrait en regard de celle des concurrents.

HTC est également le premier constructeur à annoncer ses tarifs : 499 euros pour le 8X et 339 euros pour le 8S. Une offre agressive en regard des caractéristiques matérielles. Il sera d’autant plus intéressant de connaître celle de la concurrence.

Concurrence  qui risque de se jouer sur les tarifs puisque, contrairement à Android et au-delà des configurations matérielles, les constructeurs n’ont pas la possibilité d’influer sur l’interface pour se distinguer les uns des autres. Sauf à intégrer des applications par défaut, ce que fait Nokia avec Maps, notamment.

Crédit photo © HTC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur