ConnectED 2015 : IBM concocte un avenir universel à Verse

CloudCollaborationDSILogicielsMobilitéProjets
Verse : client universel riche avec accès en un clic aux emails, validations (workflows), actions, réseaux sociaux, blogs, documents partagés… Contacts prioritaires (en haut), agenda interactif (en bas), etc.

IBM annonce un nouveau centre de communications et d’accès aux applications. Si l’on examine l’architecture de plus près, il incarne bien une nouvelle arme dans la guerre des environnements de travail virtuels.

Kramer Reeves - IBM
Kramer Reeves – IBM

« En plus 20 ans, nous avons constaté peu d’innovation sur la gestion des emails,» lance étonné Kramer Reeves, directeur Product Management et Collaboration Solutions chez IBM. «A part quelques API et un peu d’ergonomie, les fonctions essentielles ont très peu évolué. En effet, la gestion des emails, des contacts et de l’agenda repose toujours une base de données stockant les messages et informations.»

Partant de ce constat, les équipes Collaboration d’IBM ont travaillé à la conception du client Verse, sur lequel l’éditeur a un peu plus levé le voile lors de cette édition de ConnectEd à Orlando.

Centre de convergence des communications HTML5, donc portable
Centre de convergence des communications HTML5, donc portable

Un portail personnel, et plus encore…
« Dans notre vie quotidienne, nous recevons des emails, des messages via Facebook, Twitter, WhatsApp, Skype… Difficile de faire le tri et de se concentrer sur l’information essentielle. Et le problème est encore plus flagrant en entreprise,» constate Kramer Reeves. «IBM souhaite aider l’utilisateur à se concentrer sur les informations réellement importantes ou urgentes, en proposant une vue globale (emails, messages divers, documents, agendas, documents…) afin d’éviter de gaspiller un temps précieux.»
Big Blue propose donc son interface Verse combinant de multiples approches et moyens d’accéder immédiatement aux informations et personnes importantes.
Les messages des contacts importants et prioritaires choisis par l’utilisateur sont mis en avant, ainsi que les thématiques choisies par l’utilisateur. A terme, Verse apprendra de chaque action de l’utilisateur. Ce dernier peut aussi signifier au système que telle sélection ou tel message n’est pas pertinent, et Verse retiendra la leçon. Bien entendu, on retrouve tous les filtres connus : sujets, mots clés, dates, auteur, avec fichier joint, etc.

Sur la page d’accueil sont présentées tous les types de communications, par ordre d’importance et de contacts prioritaires : flux d’activité (demandes de validations, formulaires, tâches…), les contacts et projets avec les messages s’y rapportant ou écrits par eux (emails, tweets, réseaux sociaux, forums, etc.). Et en bas de page, l’agenda est toujours présent, accessible et modifiable en un clic, et alerte sur les rendez-vous à suivre. En haut de l’écran, des onglets permettent d’accéder directement aux emails, agendas, contacts, communautés (publiques ou privées), ou encore aux applications d’entreprise (accessible selon le profil de l’utilisateur). Autant d’éléments qui sont “tracés”, analysés et indexés par Verse.

Né avec le cloud, et très ouvert sur le on-premise.
Né avec le cloud, et très ouvert sur le on-premise.

Une architecture ouverte. Pour tous les serveurs ?
Ce client HTML5 utilise des technologies standardisées comme les CSS, ou le langage Javascript. Avantage supplémentaire, il fonctionne sous tous les navigateurs intégrant ces standards et également en environnement mobile. Cependant, des versions plus spécifiques sont annoncées pour iOS ou Android.

Verse a été pensé comme un portail individuel personnalisé. Un des objectifs consiste à rendre l’essentiel accessible en un minimum de clics, sans passer d’une fenêtre à une autre. D’où l’apparition omniprésente de menus contextuels dès que la souris (ou le doigt) survole l’image d’un contact, un email, une action à valider, un rendez-vous de l’agenda… Dans la même optique, plusieurs fenêtres peuvent se superposer sur le même onglet du navigateur, sans pour autant geler le reste de l’écran, autorisant ainsi les glisser-déposer multiples et variés.
Même dans un navigateur sans plug-in à installer, Verse reste un client dédié à Domino Messaging Server, pour l’instant uniquement prévu pour fonctionner sur la solution cloud d’IBM. Néanmoins, son utilisation sur un serveur Domino installé sur site ne devrait poser aucun problème. Elle est d’ailleurs annoncée pour cette année.

Comme le montre le schéma, si Domino propose bien la messagerie et la gestion des contacts et des calendriers, les fichiers, profils évolués, blogs et autres wikis sont gérés grâce à l’intégration avec le Service SaaS SmartCloud Engage. Quant au chat, il provient de la brique SmartCloud Chat.

On l’aura compris, dans un mode informatique fonctionnant sur des API ouvertes et collaboratives, Verse pourrait aisément devenir un client universel. Après la guerre des systèmes d’exploitation et des PC et des network computers. Ne sommes-nous pas en train de vivre la guerre des espaces de travail virtuels permettant, sans installations de gérer des fichiers, des documents, des emails, des agendas, etc.?

En effet, rien n’empêche d’imaginer Verse s’interfacer à tout environnement serveur grâce eux standards utilisés pour sa conception. «Nous étudions effectivement les possibilités d’intégration avec d’autres environnements serveur,» confirme Kramer Reeves. Puisqu’IBM porte progressivement toute son offre sur Smartcloud (et donc SoftLayer), Verse aura certainement vocation à devenir ce client universel multiformes. Des API reposant sur un même socle, n’est-ce pas le meilleur moyen d’intégrer très simplement tous ces composants à la demande et selon les besoins. Et soudainement le client universel prend une dimension bien plus stratégique. Et fortement compatible avec un écosystème de partenaires.

Le gratuit grand public pour favoriser l’adoption en entreprise

Avant même le lancement payant de Verse, une version freemium est proposée (déjà en beta publique). « La version Freemium est une nouveauté chez IBM,» explique Kramer Reeves. «Nous pensons que si l’individu trouve un intérêt dans ce produit grâce à son design, à ses capacités analytiques, à sa simplicité, à sa praticité… dans sa vie personnelle, il sera alors plus enclin pour l’utiliser dans l’entreprise en version complète. Voire à le réclamer. Un mécanisme qui devrait d’autant mieux fonctionner s’il sait à l’avance que son utilisation est aussi possible en entreprise.»

Pour relever un tel défi, la version freemium doit se montrer à la hauteur des attentes et convaincre les utilisateurs déjà habitués à Gmail, Hotmail et autres. « Cette version gratuite proposera toutes fonctions disponibles à date de Verse. Les seules limitations (qui seront bientôt précisées) porteront sur le partage de fichier, l’espace de stockage et le nombre d’emails envoyés par jour,» conclut Kramer Reeves.

A lire aussi :

ConnectED 2015 : IBM muscle Verse à l’analytique et au client intelligent

IBM Verse, une messagerie d’entreprise à la sauce analytique


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur