Java-as-a-Service sur le cloud Azure

Cloud
Oracle Java embarque © Nikolai Sorokin - Fotolia.com

La plateforme cloud Azure de Microsoft supportera Java SE en mode PaaS ou en composant Windows Server IaaS.

Gianugo Rabellino, directeur des communautés open source de Microsoft Open Technologies (la division en charge de l’interopérabilité des solutions open source avec les plateformes et services Microsoft), a révélé que le cloud Windows Azure supportera une plateforme Java avant la fin de l’année. Cette révélation vient confirmer la volonté de Microsoft d’ouvrir Azure plus largement vers les communautés open source.

Java SE en PaaS ou IaaS

C’est Java SE (Standard Edition) qui sera proposé sous deux formes : soit en plateforme PaaS (Platform as a Service) unique (stand-alone) ; soit sous la forme d’un composant de Windows Server IaaS (Infrastructure as a Service).

L’implémentation de JSE a été confiée à Azul Systems, éditeur bien connu dans le milieu, qui fournira le runtime de Java SE sur Azure, une version de Java OpenJDK, et une implémentation de Java Virtual Machine (JVM). Java 7 sera supporté dans un premier temps, Java 8 probablement avant la fin de l’année.

L’OpenJDK assurera également l’exécution sur Azure de programmes écrits avec des langages JVM, comme Clojure, Grails, Groovy ou Scala. Azul assurera enfin la maintenance de ses versions d’OpenJDK pour Azure.

L’objectif est bien évidemment de pouvoir exécuter tous les workloads Java sur Wndows Azure. Microsoft suit le mouvement et répond aux attentes de ses clients. Avant lui, Amazon Web Services, Google App Engine ou encore Cloud Foundry ont commencé à supporter Java ou des fonctionnalités de Java.

Mais que fait Microsoft ?

Ce qui surprend dans cette révélation, c’est qu’avec l’accord signé en juin dernier (lire « Microsoft signe un partenariat d’envergure avec Oracle »), Microsoft a ouvert Windows Azure au support de Java par Oracle, sous réserve bien évidemment d’utiliser le JDK de ce dernier, et non pas un OpenJDK ! Microsoft joue donc sur les deux tableaux !

Microsoft supporte depuis longtemps Java, même si la relation avec Oracle a toujours été plutôt tumultueuse. On se souvient d’Oracle poursuivant Microsoft sur sa version J++. En juin, les deux éditeurs ont donné l’impression de vouloir enterrer la hache de guerre. Ils ont annoncé le support des instances de la distribution Linux d’Oracle, de WebLogic Server et de la base de données Oracle version 11g et 12c sur des instances Azure.

Microsoft cherche probablement à ouvrir et à légitimer sa plateforme cloud Windows Azure en dehors de son écosystème. La démarche est nécessaire, Azure est presque exclusivement tourné dans ses usages vers les environnements Microsoft, même si des solutions concurrentes mais ouvertes, comme Linux, sont supportées.

Là où chez la concurrence elles occupent une place importante, les technologies open source demeurent quantité négligeable sur Azure. Et rien ne dit que le support de Java changera cela. Il augmentera certainement la part des environnements ouverts dans le nuage de Microsoft, mais elle demeurera certainement réduite. Peut importe, Microsoft ne peut se permettre, pour son image, de négliger ce qui représente un coté sombre de son business…

crédit photo © Nikolai Sorokin – Fotolia.com


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur