Julian Assange arrêté, Wikileaks continue

Sécurité

Poursuivi pour viol, le fondateur du gênant Wikileaks, Julian Assange, a été arrêté à Londres. Des accusations qu’il réfute.

Fin de partie pour Julian Assange? Le fondateur du décrié site Wikileaks vient d’être arrêté à Londres, selon une information de Sky News rapportée par notre confrère EweekEurope.co.uk. Julian Assange était recherché par Interpol. Deux femmes avaient déposé plainte pour viol contre le désormais emblématique pourfendeur de la transparence à tout prix lors de son séjour en Suède en août 2010.

Des accusations que l’intéressé à toujours niées. Son avocat n’hésite pas à hurler à la manipulation en réponse à la publication fin novembre, au compte goutte, de quelques 251.000 messages diplomatiques américains depuis 1966 sur Wikileaks. Une publication qui vaut au site chasseur de scoop d’être à son tour chassé aux quatre coins du globe. Notamment aux Etats-Unis où, sous la pression, Amazon a expulsé Wikileaks de ses serveurs. PayPal a également décidé de couper son service à la plate-forme, au risque de mettre en péril les sources de financement du site aux motivations troubles.

En France, le ministre de l’Industrie Eric Besson avait fustigé la démarche de Wikileaks et demandé qu’il soit interdit d’hébergement sur le territoire national. Une déclaration qui visait l’hébergeur OVH qui a voulu s’assurer de la légalité de sa position en tant que prestataire technique et à, pour l’heure, obtenu gain de cause.

Toujours selon EweekEurope, Julian Assange devait comparaître devant la cour de Westminster dans la matinée. Son arrestation ne remet, pour le moment, pas en cause la publication des « câbles » diplomatiques américains. Wikileaks restant toujours disponible en ligne malgré le déréférencement de l’adresse Wikileaks.org des serveurs DNS.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur