Mike Lazaridis veut sauver Blackberry

OS mobilesPoste de travail
Mike Lazaridis-confondateur-Blackberry

L’ancien co-dirigeant et co-fondateur de Blackberry, Mike Lazaridis, s’associe à l’ancien directeur des opérations Doug Fregin pour étudier une offre de rachat du constructeur canadien.

Mike Lazaridis va-t-il signer son retour chez BlackBerry ? Selon le document Schedule 13D envoyé à la SEC, le gendarme de la Bourse américaine, l’ancien co-fondateur et co-président (aux côtés de Jim Balsillie), du constructeur canadien (RIM à l’époque), travaille à proposer une offre de reprise, totale ou partielle, de son ancienne entreprise. Laquelle, rappelons-le, cherche une porte de sortie à la crise qui l’a conduite a essuyer une perte de 945 millions de dollars au deuxième trimestre fiscal et annoncé un nouveau plan de restructuration de 40% de sa masse salariale.

Michael Lazaridis s’est associé pour l’occasion à Doug Fregin, ancien vice-président en charge des opérations du constructeur canadien. Ils ont commissionné les banques Goldman, Sachs & Co. et Centerview Partners pour les assister dans l’étude du dossier.

8 % du capital

A eux deux, les deux hommes détiennent 8% du capital de BlackBerry. A comparer aux 10% que possède Prem Watsa à la tête de la holding financière Fairfax qui a fait une proposition de rachat à hauteur de 4,7 milliards de dollars, soit 9 dollars par action. Alors que nombre d’acteurs (dont Cisco, Google et SAP et le fonds Cerberus) se penchent sur le dossier, l’offre de Fairfax est la seule fermement proposée pour l’heure. Mais l’établissement doit encore trouver de quoi financer l’opération.

En parallèle, BlackBerry est en train de régler ses conflits de brevets. L’entreprise de Waterloo a trouvé un terrain d’entente avec la firme Wilan qui accusait le constructeur de violation de brevets sur une technologie Bluetooth utilisée dans les téléphones Bold, Torch, Pearl et Storm. « Les parties poursuivront les discussions propres aux licences concernant certaines autres technologies sans fil », indique Wilan dans son communiqué du 9 octobre. Sans plus de détails. Les brevets liés aux protocoles 3G et 4G pourraient être concernés.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Un an avec Blackberry


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur