Le bateau Research In Motion prend l’eau

OS mobilesRégulationsSmartphones

Conséquence de résultats désastreux, le constructeur des BlackBerry envisage un plan de 5000 suppression d’emplois. Et retarde la disponibilité de BlackBerry 10.

Research In Motion (RIM), qui emploie actuellement quelque 16 500 personnes à l’échelle du globe, s’apprêterait à congédier près d’un tiers de ses effectifs. Soit 5 000 personnes dans le colimateur. Une conséquence directe de pertes nettes qui ont atteint les 518 millions de dollars sur le premier trimestre 2013 fiscal, aux antipodes des 695 millions de dollars de bénéfices enregistrés un an plus tôt, précise ITespresso.fr.

En recul de 43 % sur les douze derniers mois, à 2,8 milliards de dollars, le chiffre d’affaires suit la tendance. De l’aveu de ses dirigeants, RIM s’attend à « vivre des moments difficiles dans les prochains temps en raison d’un environnement toujours plus compétitif ».

BlackBerry 10 retardé

Investi en janvier au poste de CEO, à la suite du tandem Balsillie–Lazaridis, Thorsten Heins estime que la réorientation stratégique prônée par ses soins n’a pas encore porté ses fruits. L’intéressé se donne le temps d’ajuster les rouages d’une offensive orientée sur la plate-forme unifiée BlackBerry 10. Mais, initialement prévu pour les fêtes de fin d’année 2012, BlackBerry 10 est aujourd’hui décalé au premier trimestre 2013.

RIM devrait également affiner son offre matérielle, alors que son catalogue de produits a déjà subi quelques coupes claires, avec notamment l’abandon de l’ardoise PlayBook en version 16 Go. La fabricant des BlackBerry pourrait même en arriver à lâcher ses smartphones et ses tablettes au moyen d’une scission de ses activités, pour se concentrer sur les solutions d’entreprise. Les analystes n’excluent pas que le constructeur canadien tombe dans les mains d’Amazon ou de Facebook, qui nourrissent des ambitions en matière de mobilité.

crédit photo © Mike Kiev – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur