MediaTek, l’étoile montante du secteur des semiconducteurs ?

Composants

Les concepteurs de puces ARM ne sont pas tous de petites entreprises. En témoigne le succès fulgurant de l’Asiatique MediaTek. Un concurrent de Qualcomm… et d’Intel ?

Dans le courant de l’été, Intel a présenté les résultats de son second trimestre 2014 : un chiffre d’affaires de 13,8 milliards de dollars, pour un bénéfice net de 2,8 milliards de dollars. Le tout avec une marge brute de 64,5 % (voir à ce propos notre article « Intel : Datacenter et PC pros soutiennent la croissance au second trimestre »).

Intel prédit un chiffre d’affaires de 14,4 milliards de dollars au troisième trimestre. La firme s’affirme ainsi en leader incontesté du monde des processeurs.

Vraiment ? Le concepteur de semiconducteurs taïwanais MediaTek vient de dévoiler ses résultats pour le mois d’août. La société présente un chiffre d’affaires de 19,6 milliards de nouveaux dollars taïwanais, soit 654 millions de dollars. MediaTek espère enregistrer un chiffre d’affaires de plus de 59 NT$ sur le troisième trimestre, grâce à une montée des ventes des puces compatibles 4G, rapporte DigiTimes.

Un mini Intel… dans le monde mobile

1,97 milliard de dollars de chiffre d’affaires en un trimestre, c’est près de 13,7 % de celui enregistré par Intel. Pas mal pour un acteur encore inconnu du grand public il y a cinq ans ! Le tout en vendant essentiellement des composants pour smartphones. Des puces dont les prix de vente sont très loin d’approcher ceux des processeurs pour PC et serveurs comme les Core i ou les Xeon d’Intel.

Côté marge, la firme n’a pas non plus à rougir face à son concurrent américain. Sur le troisième trimestre, elle devrait en effet se fixer entre 47,5 et 49,5 % (contre 49,6 % au second trimestre, la concurrence tendant à provoquer une érosion des marges). C’est loin de ce que réalise Intel, mais bien plus que ce que les détracteurs d’ARM supputent.

Sans compter également sur le fait que nous parlons de marges brutes. Concepteur fabless de processeurs, MediaTek n’a pas d’usine à payer, contrairement à Intel. Il convient toutefois de préciser que la firme est aujourd’hui menacée par toute une constellation de sociétés chinoises, comme HiSilicon (Huawei), Allwinner Technology, Leadcore Technology ou encore Rockchip.

Sur le même thème

Bataille de coeurs pour les puces serveurs ARM 64 bits
Mediatek dévoile une puce 64 bits pour les smartphones
Archos dégaine le 50 Neon, un smartphone 5 pouces low cost


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur