Nouvelle offres 4G : SFR joue l’extra

4GRéseaux
Frank Cadoret, directeur exécutif mobile chez SFR, lors du lancement des offres 4G de septembre 2013

Pour ses nouvelles offres 4G, SFR vise la carte des contenus vidéo, musicaux et jeux, notamment. De quoi pousser à la consommation.

« Une proposition de valeur sans égal sur le marché français aujourd’hui. » C’est ainsi que Guillaume Boutin, directeur marketing grand public et professionnel, a présenté les nouvelles formules Carré 4G que SFR lancera demain, mardi 24 septembre 2013. Une semaine avant celle de Bouygues Telecom qui ouvre, le 1er octobre, son réseau 4G national.

Les nouvelles formules se distinguent du catalogue précédent par une augmentation du volume data, avec des offres de 3 à 9 Go (contre 2 à 8 précédemment). Mais surtout par des services intégrés : les « Extras ».

Les services au service des usages

Les abonnés bénéficieront, au choix, de l’accès aux plus de 5000 titres (films, séries, documentaires) de Canal Play, aux 20 millions de titres musicaux de Napster (qui démarre sa conquête de l’Europe), aux alertes du réseau social automobile Coyote, aux titres de la plate-forme de jeux vidéo Gameloft ou encore à 5 abonnements mensuels à des magazines parmi 200 titres (SFR Presse). Des services généralement commercialisés près de 10 euros mensuels individuellement.

SFR met donc le contenu au cœur de sa stratégie 4G pour attirer le chaland. « Jusqu’à présent, la 4G représentait un confort d’usage, aujourd’hui, le service va augmenter », commente Frank Cadoret (en photo). Le directeur exécutif grand public et professionnel précise que la consommation moyenne des abonnés 4G de SFR s’élève à 2 Go par mois, contre 800 Mo en 3G/H+, et espère bien augmenter ce volume.

Notons également le passage de deux à trois cartes SIM supplémentaires (4 au total, donc) exploitables pour le service multi surf (qui poussera ainsi la consommation et donc tirera le client vers de plus gros forfaits). Par ailleurs, les clients des forfaits 7 et 9 Go disposeront respectivement de 100 Mo et 1 Go de données utilisables à l’international.

Des tarifs en hausse… et en baisse

Quant aux tarifs, ils s’échelonnent entre 34,99 euros pour le 3 Go (46,99 euros avec subvention d’un terminal indispensable pour bénéficier des très hauts débits) et 44,99 euros les 5 Go (56,99 avec mobile).

A noter qu’il s’agit là des prix applicables au 1er janvier 2014. Les clients qui souscriront avant la fin de l’année bénéficieront d’un rabais de 4 euros, à vie. Et toujours, dans les 2 cas, une ristourne de 10 euros pour les abonnés fixes (SFR multipacks).

Au regard des offres précédentes, les tarifs reflètent à la fois une hausse pour le 3 Go (par rapport aux 2 Go précédent) et une baisse pour le 5 Go (en regard du 4 Go). Voilà de quoi pousser les utilisateurs à se tourner vers le forfait le plus élevé. Le responsable ne s’en cache pas : « Nous souhaitons avoir plus de clients positionnés sur le 5 Go. »

Le cloud en novembre

Des offres attractives, donc, surtout pour les consommateurs de contenus (qui pourront changer de service Extra d’un mois à l’autre sans frais). Il n’en reste pas moins quelques inconnues.

D’abord, les tarifs des offres 7 et 9 Go qui n’ont pas été communiqués. « Les 3 et 5 Go constituent notre cœur de cible, justifie Frank Cadoret. On espère atteindre 50% de nos ventes en 4G. » Et dépasser le million de clients d’ici la fin de l’année (contre 400 000 aujourd’hui).

D’autre par, l’offre cloud. A l’heure où Orange propose jusqu’à 100 Go de stockage en ligne et Bouygues Telecom 50 Go, SFR n’a pas encore calé son offre. « Mais ce sera une offre d’abondance », promet Frank Cadoret. Tout ce que nous savons pour l’heure est que le cloud de SFR s’appuiera sur Numergy (la co-entreprise de cloud souverain fondée avec Bull) et que le service sera lancé en novembre prochain.

Un taux de défection divisé par deux

Avec la 4G, SFR espère refaire le plein de sa base abonnés malmenée en 2012 par la concurrence. « Les ventes brutes ont augmenté de 20% depuis le début de l’année et le taux de ‘churn’ a été divisé par deux, précise Frank Cadoret. Nous avons retrouvé notre taux de 2011. » Soit l’année précédant l’arrivée de Free sur le marché du mobile.

Cette fois, SFR dispose d’un atout de taille face à son redoutable concurrent : le réseau LTE. Particulièrement sur les antennes 800 MHz sur lesquelles l’opérateur concentre désormais ses efforts de déploiement.

SFR prévoit un taux de couverture de plus de 40% de la population en 4G, soit 400 villes de plus de 10 000 habitants, et 70 % en H+ Dual Carrier pour la fin de l’année. Des taux de couvertures également visés par ses concurrents historiques, Orange et Bouygues Telecom.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr : Connaissez-vous vraiment SFR ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur