Nvidia Tegra 3 : qui pour arrêter la coqueluche du Mobile World Congress ?

ComposantsMobilité

Nvidia en a fait l’un de ses tremplins sur le marché de la mobilité et la recette semble séduire les constructeurs. Premier processeur ARM quadricoeur, le Tegra 3 est l’une des vedettes du Mobile World Congress 2012. Qui arrêtera la déferlante ?

Officialisé en novembre dernier, le Tegra 3 est le chouchou du Mobile World Congress 2012. En qualité de premier processeur ARM quadricœur du marché, il constitue la nouvelle plate-forme de référence de Nvidia.

De nom de code “Kal-El”, ce composant tout-en-un embarque quatre modules Cortex A9 cadencés à 1,3 GHz, additionnés d’un GPU habilité à restituer des flux vidéos jusqu’à une résolution de 2560 x 1600 points, soit dans l’absolu, des performances cinq fois supérieures à celles de son prédécesseur. Dans cette lignée, le système dénommé « 4+1 » implique un cœur annexe à 500 MHz, moins énergivore, qui se voit déléguer la gestion de l’alimentation des quatre autres et l’exécution des tâches légères, dans un souci d’optimisation de l’autonomie des batteries, en l’occurrence jusqu’à 61 % supplémentaires en fonction de la charge appliquée à la machine.

Par convention, l’ensemble est censé s’accommoder d’Android Ice Cream Sandwich (4.0) comme son aïeul s’est amouraché des moutures Froyo (2.2), Gingerbread (2.3) et Honeycomb (3.2). Au-delà de cet office, le potentiel qui s’en dégage entérine un peu plus encore la segmentation d’une offre qui affiche dorénavant sans concession les produits low cost de type Amazon Kindle, cantonnés à du simple ou double cœur, et aux antipodes, le haut de gamme, amené à effectuer la transition vers le quadricœur et ainsi prendre la poudre d’escampette au sommet du marché.

Une route bien tracée

Avant la fin de l’année devrait arriver le “Wayne”, un composant deux fois plus rapide que le Tegra 3. En 2013, ce sera au tour de “Logan” de faire son entrée, avec des performances multipliées par cinq.

Les fabricants semblent mordre à l’hameçon. La tablette Asus Transformer fut la première à déclarer officiellement sa flamme au Tegra 3. Acer n’a pas tardé à faire de même avec ses ardoises tactiles A510 et A700. Guère en reste, Lenovo en a muni ses IdeaPad K2 et LePad K2, quand ZTE a réservé ce même sort à ses PF100 et T98. Côté smartphones, le constructeur chinois octroie cette faveur à son Era ; LG renouvelle sa confiance vis-à-vis de Nvidia avec l’Optimus 4x HD ; Fujitsu prépare l’Ultra High Spec et HTC intronise tambour battant trois terminaux représentants de sa série One, dont un pourvu du fameux Tegra 3.

Du grain à moudre

Selon nos sources, plusieurs dizaines de designs de tablettes et smartphones Tegra 3 devraient être disponibles prochainement. Toutefois, quand bien même la résistance s’orchestre en ordre dispersé, la concurrence a les dents longues. Aux dernières nouvelles, Qualcomm prépare une alternative quadricœur à 2,5 GHz ; Freescale s’attache à faire de même, à 1,2 GHz. Texas Instruments projette quant à lui de jouer la carte du progressif, moyennant un bicœur transitoire à 2 GHz.

Première escarmouche effective en ce sens, celle de Huawei et son K3VA, intégré dans les smartphones de la marque (les Ascend D) et affiché comme plus véloce qu’un Tegra 3, à l’appui de ces mêmes Cortex A9, mais d’un GPU à 16 cœurs et d’un bus mémoire 64 bits, le tout gravé en 40 nm, pour une puissance de traitement relevée de 49 % et une consommation énergétique réduite de quelque 30 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur