OPA : Broadcom envisage de renchérir pour l’acquisition de Qualcomm

GouvernanceRégulations
broadcom-qualcomm-surenchere

Broadcom pourrait réévaluer sa méga-offre initiale pour prendre le contrôle de Qualcomm et faire pression sur le conseil d’administration de la firme convoitée.

Broadcom ne lâche pas le morceau. La fin de non recevoir émise par le conseil d’administration de Qualcomm à l’offre d’acquisition valorisée 130 milliards de dollars n’aurait en rien entaché l’ambition de Broadcom d’avaler le premier fournisseur mondial de composants pour smartphones.

La firme, qui a récemment mis la main sur Brocade, réfléchit à augmenter la part du volume de ses actions mise sur la table dans l’opération, rapporte Reuters. Elle proposait 70 dollars par part Qualcomm, dont 10 dollars en action Broadcom. Qualcomm en attendrait 80 dollars.

Une information obtenue auprès d’importants actionnaires de Qualcomm, qui tiennent à rester anonymes. On peut donc supposer que Broadcom continue de sonder le marché pour relancer son offre.

« Cette transaction créera une société solide et internationale avec un portefeuille impressionnant de technologies et de produits de pointe, et nous avons reçu des commentaires positifs de clients clés sur cette combinaison. Nous continuons de croire que notre proposition représente l’alternative la plus attrayante et la plus avantageuse pour les actionnaires de Qualcomm et nous sommes encouragés par leur réaction », avait commenté Hock Tan, CEOde Broadcom, après le refus de Qualcomm.

De son côté, le concepteur des SoC Snapdragon n’est pas définitivement fermé à l’idée de cette fusion. « La proposition de Broadcom sous-estime considérablement Qualcomm par rapport à sa position de leader en matière de technologie mobile et à ses perspectives de croissance future », avait justifié Paul Jacobs, président exécutif du conseil d’administration. Une question d’estimation que Broadcom entend étudier à nouveau, donc.

Le calendrier en faveur de Broadcom

D’autant que le calendrier joue en sa faveur. Avant le 8 décembre prochain, Qualcomm devrait proposer une liste de nouveaux administrateurs qui sera soumise au vote des actionnaires le 6 mars 2018.

Hock Tan n’a pas caché son intention de se lancer dans une bataille pour la prise de contrôle du conseil d’administration de la firme de San Diego afin d’ouvrir les discutions.

Outre ses affaires judiciaires en cours avec Apple sur des questions de propriété intellectuelle, Qualcomm travaille à l’acquisition du groupe technologique NXP, qui évolue également sur le marché des semi-conducteurs.

Outre le feu vert des autorités de régulations respectives, Qualcomm pourrait avoir à surenchérir son offre de 47 milliards de dollars alors que les actions de NXP serait fortement dévaluées selon l’un de ses principaux actionnaires, le fonds Elliot Management.

De son côté, Broadcom a annoncé que, avec ou sans NXP, il restait intéressé par Qualcomm.


Lire également
Serveurs à processeurs ARM : Qualcomm lance les CPU Centriq 2400
Un accord à 12 milliards de dollars pour Qualcomm en Chine
Edge Computing appliqué à l’IA : Qualcomm et SenseTime s’associent

crédit photo © bikeriderlondon – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur