Opera bascule vers le WebKit : « C’est la meilleure chose à faire »

Poste de travail

Les futures versions du navigateur web Opera utiliseront le moteur de rendu HTML WebKit en lieu et place de Presto. Pourquoi ? Un membre de la desktop team d’Opera Software donne des éléments de réponse.

L’annonce-choc de ce mercredi 13 février a été l’abandon par Opera Software de son moteur de rendu HTML, au profit du WebKit (voir l’article « 300 millions d’utilisateurs pour les navigateurs d’Opera Software »).

Haavard, membre de la desktop team d’Opera Software, a publié un long billet sur son blogue, afin d’expliquer les raisons de ce choix. « Même si j’étais sceptique au début, lorsque j’ai commencé à entendre parler de ce changement, je suis maintenant convaincu que c’est la bonne chose à faire », affirme-t-il.

Beaucoup font remarquer que l’abandon de Presto (le moteur de rendu d’Opera Software) va provoquer une nouvelle vague de monoculture, préjudiciable au web. « Oui, la monoculture est mauvaise, mais Opera n’a jamais vraiment été en mesure de l’empêcher », répond l’employé de l’éditeur norvégien.

« Si l’ère IE6 devait revenir, cela arriverait que nous passions au WebKit ou non. Au moins, maintenant, nous pouvons l’influencer », constate-t-il.

Influer sur le WebKit…

Les sites web ne sont que rarement optimisés pour Opera. Dans ce domaine, la référence actuelle des webmasters c’est aujourd’hui le WebKit… et les navigateurs qui l’utilisent.

« Si nous devons constamment réimplémenter des choses issues du WebKit pour permettre aux sites de fonctionner avec Presto, pourquoi ne pas tout simplement utiliser le WebKit ? », remarque Haavard dans un tweet.

En rejoignant les contributeurs du WebKit, Opera Software espère influer sur le futur de ce moteur de rendu, afin de le rendre (encore) plus conforme aux standards du web.

« Si le passage au WebKit nous permet d’accélérer notre croissance et de devenir un important contributeur au projet, nous pourrons finalement avoir un impact direct sur la façon dont les sites web sont codés. »

… et en faire un standard

Plutôt que de voir une possible émergence d’une monoculture des moteurs de rendu, comme les internautes ont pu la subir à l’époque d’IE6, peut-être faut-il voir dans le WebKit un effort collectif autour d’un projet open source commun.

Chose qui ne manque pas de sens avec l’arrivée de l’HTML5, qui rend la mise au point d’un moteur de rendu par une unique entité presque impossible.

Rappelons les noms de certaines des grandes sociétés qui utilisent le WebKit au sein de leurs produits (navigateurs web ou non) : Adobe, Amazon, Apple, BlackBerry, Google, Nokia, Oracle…

« Je prédis que Mozilla va finir par adopter le WebKit au sein de Firefox. Peut-être même plus tôt qu’on ne le pense, » conclut – provocateur – l’employé d’Opera Software.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Imbattable sur le navigateur web Internet Explorer ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur