Oracle-Sun : Bruxelles retarde ses conclusions

Cloud

La Commission européenne a décidé de prolonger d’une semaine son enquête sur les risques que l’acquisition de Sun Microsystems par Oracle font peser sur le marché des bases de données.

La finalisation de l’acquisition de Sun Microsystems par Oracle prend du retard. La Commission européenne a annoncé, vendredi, avoir repoussé au 27 janvier 2010 les conclusions de son enquête visant à vérifier que le rachat de Sun pour 7,4 milliards de dollars (5,6 milliards d’euros) en avril dernier n’entrave pas la libre concurrence sur le marché des bases de données. A l’origine, Bruxelles avait fixée au 19 janvier l’échéance de son enquête. Ce nouveau calendrier aurait été fixé à la demande d’Oracle en personne.

Les instances européennes s’inquiètent des risques de position dominante qu’Oracle pourrait exercer sur le marché des bases de données. En acquérant Sun, Oracle s’empare de MySQL, premier gestionnaire de base de données open source du marché et considéré comme concurrente aux produits d’Oracle par Bruxelles. Dans ce cadre, la Commission avait ouvert une enquête approfondie en septembre et adressé, début novembre, une« communication des griefs » pour demander des concessions à l’entreprise de Larry Ellison.

Lequel a pour le moment refusé arguant de l’incompréhension des instances bruxelloises sur le marché de la base de données en mode open source, soulignant notamment que ce type de licence ne permet justement pas à Oracle de contrôler à lui seul MySQL.

Parallèlement, dans un document transmis par Sun aux autorités boursières américaines, l’entreprise rappelle qu’une communication des griefs ne prédispose pas aux conclusions de la Commission européennes, lesquelles sont de toute façon opposables en appel. A cause de cette situation d’incertitude, Sun estime perdre 100 millions de dollars de revenus par mois.

Les Etats-Unis ont, de leur côté, validé l’opération d’acquisition dès l’été dernier.

Téléchargez gratuitement les livres blancs OracleOptimisation de la valeur client grâce aux applications Oracle Business Intelligence (BI).Optimisation de l’efficacité opérationnelle grâce aux applications Oracle Business Intelligence (BI).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur