Quantum passe de la vitesse à la capacité sur les bandes

Réseaux

Avec le DLT, Quantum propose la quatrième génération de cartouches à bandes, plus denses, plus longues, plus rapides, et envisage pour 2009 la cinquième génération qui profitera de cartouches 10To

Jusqu’à présent, la technologie de sauvegarde sur bandes était centrée sur la vitesse. Mais Quantum entend désormais privilégier les capacités par la densité et la longueur des bandes, sans pour autant modifier la vitesse de lecture et d’écriture.

« Le rôle des bandes est en train de changer » affirme Henrik Hansen, le responsable marketing Europe de Quantum. « Elles représentaient 80% des sauvegardes et 20% de l’archivage. Maintenant, les choses changent, aussi les bandes deviennent de plus en plus des solutions de volume, moins focalisées sur la vitesse ». Quantum fait donc évoluer sa gamme du SDLT vers le DLT (Data Linear Tape), avec des gains significatifs de capacité, qui passent de 600Go (1,2To compressé) à 800Go (1,6To compressé) par cartouche. Le discours du constructeur comporte cependant une ambiguïté, car si la nouvelle cartouche DLT-S4 (S pour Super) atteint la vitesse de 60Mo/s, cette dernière est presque doublée par rapport à l’actuelle cartouche SDLT-600, à 36Mo/s, ce qui démontre que la vitesse reste une priorité malgré le discours sur les capacités. Plus prosaïquement, Quantum répond à la pression de son concurrent LTO, qui s’apprête à sortir sa technologie LTO-3 pour l’automatisation des procédures de sauvegarde. DLT-S4 est donc l’arme du fabricant pour résister à LTO, disponible dès la mi 2005. Par ailleurs, Henrik Hansen a confirmé l’arrivée future ? vers 2009 – d’une cartouche 10To. Elle sera développée non pas sous technologie DLT, mais avec la génération 5 qui annonce une nouvelle plateforme afin d’exploser les limites technologiques imposées jusqu’à présent.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur