Noyau Linux : le ‘big business’ prend le pas sur les développeurs bénévoles

DéveloppeursLogicielsOpen SourceProjets

Selon le rapport annuel que publie la Fondation Linux, plus de 80% des développements du noyau sont désormais réalisés par des développeurs rémunérés pour leur travail. Des groupes comme Intel, Red Hat, Linaro, Samsung et IBM les emploient. Linus Torvalds s’en réjouit.

Le noyau Linux a été lancé en 1991. Il est le fruit de développements collaboratifs et de puissants soutiens commerciaux. Le rapport de la Fondation Linux en témoigne (« Linux Kernel Development » – février 2015). Selon le consortium à but non lucratif, qui compte parmi ses membres le créateur du noyau, Linus Torvalds (en photo), le développement du noyau est plus que jamais une affaire de professionnels et de grands groupes. Les contributions bénévoles sont en repli continu.

1 400 développeurs et 200 entreprises par version

Le rapport couvre les développements réalisés jusqu’au 7 décembre 2014 et met plus particulièrement l’accent sur les versions 3.11 à 3.18 du noyau, sorties respectivement en septembre 2013 et décembre 2014. On notera qu’une nouvelle version majeure est proposée tous les 2 à 3 mois. Plus de 1 400 développeurs travaillant pour plus de 200 entreprises distinctes ont contribué au développement du noyau pour chaque version récente et correctifs associés. Ces derniers mois, ce sont plus de 4 100 développeurs qui se sont engagés, dont plus de la moitié pour la première fois.

Des bénévoles passés professionnels

Certains développements sont effectués par des contributeurs indépendants proposant leurs services sans contrepartie financière. Mais le volume des contributions bénévoles au noyau est en repli constant, passant de 14,6% en 2012 à 13,6% en 2013 et 11,8% aujourd’hui. Pourquoi ? Les développeurs du noyau Linux sont relativement peu nombreux. Ceux qui démontrent des capacités en la matière « sont embauchés très rapidement » par des recruteurs à la recherche de profils techniques sur Linux, a expliqué Linus Torvalds à Network World. Après tout, pourquoi travailler gratuitement quand on peut être rémunéré pour cela ? « Nous avons peut-être commencé en tant que bénévoles, mais nous sommes heureux d’être employés à ‘faire du Linux’ aujourd’hui », a-t-il ajouté.

De Intel à Samsung, tous sponsors

Désormais, plus de 80% des développements du noyau Linux sont réalisés par des développeurs rémunérés pour leur travail. Le top 10 des entreprises qui les emploient et sponsorisent leurs développements est le suivant : Intel (qui emploie environ 10,5% des développeurs du noyau Linux), Red Hat (8,4%), Linaro (5,6%), Samsung (4,4%), IBM (3,2%), SUSE (3,0%), Texas Instruments (2,4%), Vision Engraving Systems (2,2%), Google (2,1%) et Renesas Electronics (2,1%). La présence de Linaro et Samsung dans le top 10 témoigne de la montée en puissance des architectures ARM et Android.

Lire aussi :
Linux 3.19 se rapproche d’Android
Linux : Linus Torvalds indifférent à la diversité des contributeurs
Jim Zemlin : « Alimenter le vivier de professionnels Linux est une priorité »


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur