SAP Mobile Forum : « Concentrez-vous sur votre stratégie mobile »

Logiciels

Convergence, BYOD, sécurité… A l’occasion du SAP Mobile Forum Paris, le cabinet Gartner affirme la nécessité pour les entreprises d’investir dans une stratégie mobile éclairée.

Le SAP Mobile Forum, rendez-vous dédié à la mobilité d’entreprise, a réuni mardi 15 octobre à Paris près de 300 décideurs, parmi lesquels les dirigeants de l’éditeur européen de logiciels SAP, ses partenaires et ses clients.

À cette occasion, Henri Van der Vaeren, directeur général de SAP France, et Monica Basso, vice-présidente de recherche chez Gartner, ont affirmé la nécessité pour les organisations de mettre en œuvre une stratégie mobile.

Investir dans une stratégie IT mobile

« La mobilité est au cœur de la convergence. Elle permet aux individus d’utiliser leurs applications où qu’ils se trouvent, en ligne, dans le Cloud, et hors ligne, et de bénéficier sur le terrain des promesses du Big Data et de la BI (Business intelligence) », a expliqué Henri Van der Vaeren. « Nous – les entreprises – devons investir dans une stratégie IT mobile pour évoluer. Nous devons aider nos collaborateurs, nos clients et nos partenaires à intégrer leurs usages mobiles dans un cadre professionnel avec ses impératifs de sécurité et de légalité », a-t-il ajouté.

Ce point de vue est partagé par Gartner. Pour la société d’études, quatre forces, la mobilité, l’informatique en nuage, l’information et les interactions sociales, créent de nouvelles opportunités d’affaires (« nexus des forces »). Or, certains pays d’Europe tardent « à investir dans la mobilité au risque de prendre du retard sur le reste du monde ».

« Il est temps d’investir, d’adopter une stratégie mobile éclairée », a souligné Monica Basso. Il faut à la fois s’intéresser à la satisfaction utilisateur, aux technologies, à la sécurité et à l’optimisation des coûts. « Le laisser faire en la matière serait beaucoup plus coûteux pour une entreprise que d’investir dans une stratégie mobile ».

Cette stratégie doit être adaptée à l’espace de travail. Elle doit aussi prendre en compte la complexité du marché mobile née de la multiplication des plateformes (Android, iOS, Windows Phone, etc.), des applications et stores internes et externes, mais aussi des développements tiers.

« La mobilité, on en parle depuis une quinzaine d’années, notamment dans l’industrie qui équipe les cols bleus. Aujourd’hui, la mobilité est, après la BI  et les solutions analytiques, une priorité des DSI », a commenté Monica Basso. Pour ces dernières, la mobilité regroupe plusieurs sujets : les infrastructures IT, les services, les terminaux, le développement d’applications, la diffusion de contenus et la sécurité.

Pour tirer profit des avantages du mobile, du Cloud mobile en particulier (flexibilité, agilité), et répondre aux impératifs de sécurité et conformité, Monica Basso invite les entreprises à établir une « roadmap » sur deux ou trois ans. Il s’agira d’adopter un plan d’action dédié à la mobilité, de se doter des compétences nécessaires et, enfin, de sélectionner, déployer, maintenir et mettre à jour les solutions technologiques.

« Concentrez-vous sur votre stratégie mobile, explorez de nouvelles façons de travailler, trouvez les bons partenaires », a insisté l’analyste. Les entreprises doivent se fixer des priorités, dont la gestion et la sécurisation des terminaux et applications mobiles utilisés à des fins professionnelles.

« Le BYOD va devenir la norme »

Les smartphones et tablettes des collaborateurs sont de plus en plus utilisés dans les entreprises. Celles-ci ont donc été dans l’obligation d’assurer un certain support du BYOD. Gartner estime à 6 % la proportion d’entreprises dans le monde qui privilégient à l’heure actuelle les terminaux issus de la sphère privée pour une utilisation professionnelle. Cette proportion pourrait atteindre 38 % en 2016 et 45 % en 2020.

Certaines organisations, comme Areva, préfèrent équiper leurs collaborateurs de terminaux mobiles qui pourront également être utilisés pour un usage personnel, sous conditions. D’autres, comme SAP, se déclarent très favorables au BYOD encadré, c’est à dire à la « conteneurisation » d’applications mobiles pour segmenter le contenu personnel et les données de l’entreprise.

Avec ou sans ce principe de ségrégation, le BYOD n’est pas le seul à progresser. Le marché des applications mobiles en mode « App Store » va croître également : il devrait passer de 81 milliards d’applications téléchargées en 2013 à près de 310 milliards en 2016, d’après Gartner. Quant à l’Internet des objets, il monte en puissance : 20 % des objets intelligents pourront interagir avec des smartphones en 2018.


Voir aussi

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur