Sécuriser le travail à distance : les entreprises cherchent l’équilibre

Politique de sécuritéSécurité

La surface d’attaque s’étend avec la massification du travail à distance et la dispersion des effectifs. Un défi de plus à relever pour les entreprises.

GetApp, un comparateur de logiciels métiers, a livré les résultats d’une enquête américaine sur l’impact perçu du travail à distance sur la sécurité des données.

868 professionnels, dont 267 informaticiens et responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI), ont été interrogés en septembre 2020*.

Les quatre principaux défis à relever sont :

1. La sécurité des postes de travail à distance (pour 45% des répondants)
2. La protection des réseaux des entreprises (37%),
3. Les collaborateurs « peu scrupuleux » en matière de cybersécurité (29%)
4. Les applications non autorisées (shadow IT) (28%)

Or, la gestion des accès laisse parfois à désirer.

Abus de privilèges ?

Plus de 50% des organisations qui ont signalé une violation de données au cours des douze derniers mois, autorisent encore sans distinction l’accès à leurs données.

En revanche, 12,6% limitent strictement cet accès en fonction de ce dont les collaborateurs et les prestataires « ont besoin pour faire leur travail ».

La marge de manoeuvre des fournisseurs de solutions de gestion d’accès à privilèges (CyberArk, BeyondTrust, HashiCorp, Wallix…) reste donc élevée.

Autre enseignement de l’enquête : les ransomwares ont touché 28% des organisations ces douze dernier mois. 75% d’entre elles ont payé la rançon. Les autres sont parvenues à supprimer ou déchiffrer le ransomware, en utilisant un système de récupération de données, ou ont accepté la perte de données et ses conséquences…

Certaines industries sont plus exposées que d’autres aux cyberattaques.

Situation mitigée dans l’IT

Dans les technologies de l’information, la situation est mitigée, selon l’analyse de GetApp (une société Gartner).

« Le secteur des services informatiques a été légèrement plus exposé que la moyenne aux attaques de phishing, aux violations de données et à la prise de contrôle de comptes. En revanche, il a été moins ciblé que la moyenne par les ransomwares », a souligné GetApp.

Parmi les organisations concernées par le sondage, « davantage d’entreprises de services informatiques utilisent un système de classification des données (elles étaient 73% en 2019, elle sont 93% en 2020). Mais le pourcentage d’employés ayant accès à toutes les données de l’entreprise a également augmenté (de 11% à 28%). »

Un choix risqué pour les organisations.

*Source : « GetApp 2020 Data Security Survey »

(crédit photo © Shutterstock)

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT