SFR attaque France Télécom pour concurrence déloyale sur les accès ADSL

Réseaux

SFR reproche à France Télécom de cacher des informations techniques, interdisant toute concurrence pour déployer l’ADSL sur certains territoires.

SFR a déposé, la semaine dernière, un recours auprès de l’Autorité de la concurrence contre France Télécom, rapporte Les Echos (16/12). La filiale de Vivendi et Vodafone accuse l’opérateur historique de chercher à évincer la concurrence sur le déploiement du haut débit ADSL dans les zones peu denses.

Ces zones sont en effet trop éloignées du central téléphonique où sont installés les DSLAM, les multiplexeurs qui permettent de fournir l’ADSL sur les lignes téléphoniques. Pour y répondre, France Télécom propose de construire des centraux téléphoniques intermédiaires afin de réduire la distance qui sépare les utilisateurs des équipements haut débit.

Ces centraux intermédiaires (ou NRA ZO pour nœuds de raccordement des abonnés en zones d’ombres) sont fabriqués par France Télécom avec l’aide financière des collectivités locales. Ainsi, l’opérateur doit construire 289 NRA ZO en Auvergne pour améliorer l’accès au haut débit filaire dans cette région.

Mais, selon SFR, l’opérateur dominant empêche à ses concurrents l’accès aux informations nécessaires pour répondre à ces nouvelles offres de marché. Surtout, il aurait défini des offres de gros anticoncurrentielles. Une attitude qui expliquerait pourquoi LD Collectivités, filiale de SFR acquise avec le rachat de Neuf Cegetel en juin 2008, perd des marchés.

Par ailleurs, après avoir ouvert une consultation publique sur les moyens d’assurer une montée des débits sur les lignes téléphoniques, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a également saisi l’Autorité de la concurrence pour avis. Elle s’inquiète, au regard des réponses, que les opérateurs alternatifs n’aient pas les moyens de concurrencer France Télécom, tant en termes techniques que financiers.

La situation pourrait s’éclaircir début 2010. Le gouvernement doit notamment préciser comment seront répartis les 4,5 milliards d’euros attribués à l’économie numérique dans le cadre du grand emprunt. Une partie de ce futur fonds doit financer l’aménagement du territoire en haut et très haut débit, essentiellement dans les zones moins denses. France Télécom devrait justement y dévoiler son plan de déploiement du haut débit ADSL.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur