Silicon Valley : Soonr, l’alternative pro à DropBox est danoise !

CloudStockage

Soonr, start-up du stockage et du partage de fichiers dans le Cloud née au Danemark, a traversé l’Atlantique pour jouer la proximité avec les investisseurs de la Valley.

IT Press Tour, Silicon Valley

Le partage de fichiers en ligne est un marché particulièrement dynamique, qui rencontre une attente forte au sein des entreprises : la collaboration des équipes de travail sur les fichiers numériques. Les solutions se multiplient, un phénomène qui s’accélère avec la mobilité, les analystes du BYOD (Bring Your Own Device) considérant que nous possédons en moyenne plus de trois ‘devices’. Et tout le monde souhaite accéder ou donner accès à ses fichiers en toute occasion et en tout lieu…

Figure de proue de ce riche marché, Dropbox n’est plus à présenter. Encore considéré comme une start-up, ce service cible principalement les particuliers, et prépare son IPO. « Dropbox est la meilleure chose qui nous soit arrivée, affirme Martin Frid-Nielsen, CEO et fondateur de Soonr. Mais les entreprises doivent affronter le ‘Dropbox Problem’, le stockage de données confidentielles sur des comptes particuliers. »

Un DropBox pour les entreprises

Soonr Martin Frid-NielsenSoonr a été créée en 2005. Elle dispose de bureaux de développement au Danemark, son pays d’origine comme celui de son fondateur, et en Slovaquie. Mais c’est dans la Silicon Valley que Martin Frid-Nielsen a établi son siège social, « afin de profiter des compétences, car c’est là que les choses se passent ». Bien lui en a pris. La société compte parmi ses investisseurs Cisco, Intel, HighBar… Aujourd’hui, elle affiche plus de 150 000 clients et plus de 400 partenaires.

Pour ces candidats au poste de ‘DropBox like’ pour l’entreprise – nous citerons également Box, qui lui aussi prépare son IPO (lire David Quantrell, Box : « Notre ADN est la collaboration en entreprise dans le Cloud ») – il faut suivre l’exemple et le saupoudrer de technologies complémentaires, mais également reprendre la simplicité du modèle. Soonr ne déroge pas à la règle. « La consumérisation définit le niveau de sécurité à atteindre au niveau corporate », va jusqu’à affirmer Martin Frid-Nielsen.

Soonr Workplace

Pour se différencier, Soonr a introduit un bureau virtuel, présenté comme un outil de collaboration mobile. Il  supporte la plupart des devices, Windows, Apple, iOS, Android, ainsi que les principaux formats de fichiers, dont ceux de l’incontournable Microsoft Office. L’application permet de visualiser, d’éditer, d’annoter, de sauvegarder et d’expédier les fichiers. Elle permet également la synchronisation avec les fichiers locaux et hors ligne.

Coté sécurité, Soonr dispose d’une plateforme stable. L’utilisateur dispose de deux facteurs d’authentification, et de la capacité d’accueillir le SSO (Single Sign On) via une API REST. Ses datacenters, redondants aux US, au Canada et en Europe, ont été audités SSAE-16, et sont compatibles HIPAA. Mais surtout, la solution permet d’accéder à un haut niveau de granularité dans le contrôle des utilisateurs et des contenus, tout en s’intégrant aux environnements de l’entreprise via des plug-ins et des API (Application Programing Interface).

Soonr10

Principalement destinée à être distribuée via son ‘channel’, son réseau de partenaires et distributeurs, Soonr ne dispose pas d’une version gratuite, qui aurait permis de la tester. C’est bien dommage.

Et la protection des données dans le datacenter ?

Interpelé sur la problématique de la géographie des données, Martin Frid-Nielsen balaie la question pour mettre en avant la sécurité et la simplicité de sa solution. Les datacenters sont redondés, mais la duplication n’a pas de frontière. Cette vision très américaine l’arrange bien !

De même, Soonr conserve la maitrise des données qui lui sont confiées, dans ses infrastructures, même si un partenaire disposant de ses propres datacenters demande à localiser le service…

Un modèle qui teint la route

Nous nous sommes plus particulièrement intéressés au modèle économique de Soonr. Il débute bien évidemment par son positionnement marché. Martin Frid-Nielsen délaisse les grandes entreprises et organisations, qui tendent à déployer leurs propres solutions (Soonr serait accessible à 40 % du coût de ces solutions), au profit des PME, en se positionnant plutôt sur la partie haute de ce marché. Mais, surtout, la start-up s’appuie sur sur un réseau de partenaires et distributeurs, auprès desquels elle distribue en majorité sa solution en marque blanche… avec semble-t-il une marge confortable !

C’est ainsi que les telcos américaines figurent parmi ses partenaires stratégiques : AT&T (son plus gros client US), Rogers, Comcast. Ainsi que des opérateurs de Cloud : Colt, Cloudmore, TechDat, etc.

Soonr est présent en Europe, qui représente 55 % de ses revenus, principalement en Grande-Bretagne et dans les pays du Nord, même si son réseau de distribution est encore peu étoffé. La solution est disponible en français. Un produit bien ficelé, bien placé sur son marché, qui répond à une réelle attente des entreprises, sécurisé même s’il n’apporte pas trop de réponse à des inquiétudes typiquement européennes, Soonr a tout pour réussir.

Management atypique et projets d’avenir

Un ‘détail’ cependant l’éloigne du modèle de la start-up américaine à laquelle elle aspire légitimement à ressembler… le management à la danoise que doit imposer Martin Frid-Nielsen. Pour preuve la pression palpable dans le discours de ses collaborateurs. Le patron nordique maitrise tous les sujets et n’entend pas être contredit.

Quant à l’avenir, Soonr travaille sur la collaboration, le support de la vidéo, la traçabilité, et devrait annoncer au cours du premier trimestre 2014 l’intégration à Salesforce.com.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur