Avec SwiftBoot, Linux démarre en moins d’une seconde

Sécurité

Grâce aux efforts d’Andrew Murray, un système Linux embarqué a vu son temps de démarrage passer d’un peu moins de 20 secondes à seulement 0,77 seconde. Une belle performance.

Depuis plusieurs années, les acteurs du monde de l’électronique embarquée cherchent à résoudre un épineux problème : utiliser des OS traditionnels est certes très avantageux en terme de coût de développement (et de logithèque), mais les produits adoptant une telle approche ne sont plus en mesure de démarrer instantanément.

Or, si les utilisateurs sont prêts à attendre quelques minutes pour qu’un PC démarre, ils n’acceptent guère qu’une télévision ou un appareil photo numérique ne soient pas immédiatement disponibles après leur mise sous tension.

Dans le monde Linux, les annonces liées à la réduction du temps de démarrage sont nombreuses, mais plus souvent conjuguées au futur qu’au présent. Ainsi, les développeurs de l’Ubuntu promettaient une mise en route complète de leur OS en seulement 10 secondes. Un objectif jamais vraiment atteint. Moblin espérait passer la barre des deux secondes. Encore raté, même si cet OS démarre effectivement très rapidement.

SwiftBoot est un service de MPC Data dédié spécifiquement à cette problématique. Fin 2010, Andrew Murray, développeur au sein de la compagnie, a mis en ligne une vidéo de démonstration d’un système embarqué capable de démarrer en moins d’une seconde. C’est ici le temps mesuré entre la mise sous tension de l’appareil et le lancement complet de l’application utilisateur, qui n’est autre qu’une console de domotique complexe écrite avec le framework Qt (ici dans sa version embarquée).

Dans ce document, Andrew Murray explique comment il est passé d’un temps de démarrage de 19,44 secondes… à seulement 0,77 seconde ! Record battu.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur