Tablettes : Intel trouve le chemin du low cost… en se passant de Microsoft

Poste de travailTablettes

Intel et ses partenaires se lancent dans la bataille des tablettes x86 abordables. Tous ses partenaires ? Non, car le fondeur délaisse Microsoft. Android est en effet préféré à Windows, grand oublié de cette aventure.

L’été dernier, Intel affichait sa volonté de proposer une gamme complète de terminaux mobiles low cost, comprenant des tablettes à moins de 150 dollars, des notebooks à moins des 300 dollars et des machines hybrides à moins de 400 dollars. Le tout devant s’appuyer sur les puces Atom du fondeur américain (voir à ce propos notre article « Intel compte relancer les netbooks… »).

Un coup de semonce avait été tiré fin novembre lors du Black Friday américain, avec la vente d’une tablette x86 7 pouces par HP à 89 dollars HT (environ 78 euros TTC) et d’une tablette x86 8 pouces par Dell à 130 dollars HT (environ 114 euros TTC). Des tarifs exceptionnels, mais limités dans la durée.

Une offre à 169 euros TTC chez Acer

Intel et ses partenaires semblent avoir attendu le CES 2014 de Las Vegas pour déclarer la guerre aux tablettes ARM, avec un seul mot d’ordre : le prix.

En témoigne l’annonce de l’Iconia A1-830 chez Acer, qui sera prochainement proposée au prix public de 169 euros TTC. Cette tablette est équipée d’un écran IPS de 7,9 pouces (résolution de 1024 x 768 points) et affiche une autonomie de 7,5 heures.

Pour cette offre, Acer a opté pour un processeur Intel Atom Z2560 cadencé à 1,6 GHz. Une puce 32 bits bicœur (quatre threads) capable d’aller chasser sur les terres des ARM Cortex-A15 et qui bénéficie d’une excellente solution graphique.

Ce processeur est épaulé par 1 Go de RAM et 16 Go d’espace de stockage (extensibles via l’adjonction d’une carte microSD). Une offre bien équipée donc, et correctement positionnée d’un point de vue tarifaire face aux tablettes ARM.

L’économie… de Windows

Intel semble avoir trouvé la recette pour placer ses puces Atom dans des tablettes accessibles au plus grand nombre. Et d’entrer ainsi sur un marché à fort volume. Reste à savoir si la firme saura conjuguer avec les faibles marges inhérentes à ce marché.

Le grand perdant de l’affaire reste toutefois Windows, qu’Intel n’a pas hésité à abandonner afin de concrétiser ses ambitions dans le secteur des tablettes low cost. Pour cette nouvelle génération de tablettes Intel, les constructeurs font en effet l’économie de l’OS de Redmond, pour opter pour Android. Un changement de cap qui met Microsoft en difficulté.

De fait, si la firme casse le prix de Windows 8, elle devra également le faire dans le monde desktop (sous peine de voir les constructeurs s’insurger), ce qui reviendrait à se tirer une balle (voire un chargeur entier) dans le pied. Et rien n’indique qu’elle pourra remonter ses tarifs par la suite, car la disparition d’Android est peu probable à moyen terme.

D’un autre côté, la popularité d’Android (et l’impopularité relative de Windows 8) fait que les utilisateurs risquent d’être peu nombreux à accepter de payer 100 euros de plus pour disposer d’une tablette Intel pourvue de l’OS de Redmond. Microsoft semble donc bel et bien dans une impasse.

Crédit photo : © Acer


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Inside Intel !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur