Téléphonie mobile: les Français jamais sans leurs textos

Réseaux

Le taux de pénétration des mobiles va grandissant en France selon l’Idate, même si les dépenses mobiles baissent (-3%). En cause, le succès du SMS ?

En 2009, plus de 4 ménages français sur 5 ont au moins un téléphone mobile (81%), rapporte l’Idate pour l’Association française des opérateurs mobiles (Afom) dans l’Observatoire économique de la téléphonie mobile.

Une proportion plutôt satisfaisante en regard d’un parc de cartes SIM en progression de 6% en 2009. Le taux de pénétration des ménages* est également en hausse (96% au total), justifié, entre autres, par le fort multi-équipement caractérisant le pays (un utilisateur peut disposer de plusieurs cartes SIM voire de plusieurs terminaux).

Bien sûr, on téléphone toujours, plus de 141 minutes en moyenne en 2009, mais moins qu’en 2006, où l’utilisation des services voix avaient connu « un pic avec 157 minutes ». Par contre, la plus belle progression de 2009 se matérialiserait via le SMS, ces petits messages abréviés que l’on envoie du matin au soir et du soir au matin. Le marché a augmenté de plus de +82% en 2009 (soit plus de 110 messages envoyés par mois par client actif au 4e trimestre).

110 SMS envoyés par mois, un truc de jeunes ?

Selon le CREDOC**, « c’est l’âge qui explique le mieux la propension à envoyer des SMS : avant 25 ans, la quasi-totalité des jeunes envoient des messages de ce type. Après 40 ans, la pratique diminue : deux tiers des 40-59 ans envoient des SMS (+11 points par rapport à l’an dernier) mais 40% seulement des sexagénaires le font. »

Aussi, parmi les nombreux détenteurs d’une carte SIM en France, on retrouve plus de deux tiers d’abonnés (+2 points en 2009) et un taux d’équipement effectif (les utilisateurs) de plus de 80% des plus de 12 ans. Ces abonnés le sont aussi aux nouveaux terminaux mobiles, aux smartphones qui tirent le marché vers le haut (7,3 millions d’abonnés fin 2009).

Les usages multimédia ont le vent en poupe, de manière générale. Ainsi, en 2009, 22,5% des dépenses mobiles y était consacrées, smartphones en tête. « Ainsi, alors que le marché des téléphones mobiles ne progresse sur l’année que de 0,4%, le segment des smartphones connaît une croissance de près de 100%, suivant la tendance constatée dans les pays voisins. »

Doucement mais sûrement les MVNO, +1,8% de chiffre d’affaires

Côté tarifaire, les mobinautes peuvent se réjouir, le prix de la minute mobile sortante est à la baisse. Après une pause en 2008, il affiche 18 centimes d‘euros TTC en moyenne en 2009. Un prix quasiment allégé d’un tiers depuis 2002. De ce côté-là aussi, le SMS a la côte. Avec un prix divisé par trois depuis 2005, il affiche désormais 4,2 centimes d’euros TTC.

Enfin, un point sur le marché des opérateurs. Il est toujours largement dominé par Orange (43,1%) et SFR (33,5%), suivi de Bouygues Telecom (17,5%). Mais les opérateurs de réseau mobile virtuel*** (mobile virtual network operator, MVNO) s’installent doucement (5,9%). En 2009, avec 23 milliards d’euros de chiffres d’affaire (+1,8%), ils « [contribuent] de manière significative à la croissance du nombre de clients mobile », témoigne l’Afom.

Enfin, si les opérateurs accusent une baisse des recettes puisque les français consomment moins en 2009 – une dépense mobile par client en baisse de 3% – il faut prendre en compte les offres SMS illimités…

* Nombre de cartes SIM par habitant

** Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie

***Les MVNO n’ont pas de réseau haut débit propre. Ils achètent de la bande passante à des fournisseurs d’accès Internet déjà implantés. Fin 2009, l’ARCEP en recensait 15 : Afone1, Auchan Télécom, Bazile Telecom, Carrefour Mobile, Coriolis, E-Plus2 France Télécom, Mobisud, NRJ Mobile, Numéricable


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur