Virage vers le logiciel : la SSII Infosys rachète l’éditeur Panaya

DSIERPLogicielsProjetsSSII

En plein virage vers les activités logicielles, la SSII indienne Infosys s’empare de Panaya, spécialiste de l’automatisation des montées de versions SAP et Oracle.

La SSII indienne met 200 millions de dollars sur la table pour s’emparer de Panaya, éditeur américain spécialisé dans la gestion des changements sur les environnements SAP et, plus récemment, Oracle. Fondée en 2006 en Californie, la société revendique 50 % de réduction de coûts sur les projets de montée de version dans les environnements ERP, une source de dépenses importantes pour les DSI, souvent contraints de lancer ces migrations en raison de l’arrêt du support de versions anciennes des outils qu’ils utilisent. Panaya affirme compter plus de 1 200 entreprises clientes de son outil, CloudQuality Suite. En 2013, elle affirmait en totaliser une soixantaine en France (dont Renault). CloudQuality Suite permet de simuler, en mode Saas, des projets et d’identifier des zones de vulnérabilités potentielles, permettant à l’IT d’orienter ses tests.

Avec ce rachat, Infosys poursuit la stratégie d’automatisation des processus entamée par son nouveau dirigeant, Vishal Sikka (en photo), qui a amené à la SSII une vision plus orientée logicielle. Cet ex-directeur technique de SAP est bien placé pour connaître les problématiques que posent les montées de versions dans les environnements ERP. Et l’attente des DSI pour des solutions d’industrialisation permettant de limiter les coûts de ces opérations.

Investir dans le Cloud, l’IA, le Big Data

Via le plan Infosys 3.0, Vishal Sikka veut amener les activités logicielles (6 % du CA aujourd’hui) aux environs d’un tiers de l’activité de la SSII. « Le rachat de Panaya va aider Infosys à s’éloigner des débats portant sur la comparaison des taux journaliers » des consultants, résume le cabinet Pierre Audoin Consultants dans un billet de blog.

Infosys prévoit de dépenser une partie de ses 5,7 milliards de dollars de trésorerie pour racheter des acteurs dans les domaines du Cloud, de l’intelligence artificielle et du Big Data. Vishal Sikka entend aussi de muscler les fonds de capital-risque de la société (qui devraient passer de 100 à 500 millions de dollars). Au quatrième trimestre 2014, Infosys a réalisé un chiffre d’affaires de 2,2 milliards de dollars (+ 5,6%), pour 522 millions de bénéfices (+13%). Le n°2 indien des services (employant 165 000 personnes) a, ces dernières années, perdu du terrain sur le leader du sous-continent, TCS (Tata Communications Services).

Le rachat de Panaya par un acteur du service comme Infosys suscite toutefois des interrogations quant aux relations de partenariat que l’éditeur entretient avec d’autres SSII ou cabinets de conseil, comme Deloitte, CGI, Sopra ou Steria. Panaya, une société californienne dont le centre de gravité se situe toutefois en Israël, a bénéficié de plusieurs levées de fonds, dont une, en 2013, à laquelle a participé Hasso Plattner, le co-fondateur de SAP.

A lire aussi :

Faut-il encore avoir peur de l’offshore informatique en France ?
Gartner : le Cloud menace les SSII offshore


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur